Controverse dans une entreprise privée : Quand on impose toujours la cotisation au fonds 26-26





Les salariés d’une coopérative agricole située à Mahdia ont été choqués, en recevant leurs bulletins de paie
de février 2011, mentionnant la retenue d’une cotisation au profit du 26-26.
N’arrivant pas à trouver une explication auprès de leurs employeurs pour justifier le prélèvement d’une cotisation destinée au très contesté «fonds national de la solidarité», le fameux 26-26, les salariés d’une coopérative agricole et industrielle domiciliée à Mahdia au centre-est du pays, bradent la grève s’ils n’obtiennent pas de réponse.
Les employés de la coopérative «Zouila», puisque c’est d’elle qu’il s’agit, ont été mis hors d’eux en recevant leurs bulletins de paie du mois écoulé. Ceux qui ont été les premiers à découvrir que 5 dinars ont été prélevés de leurs salaires au titre d’une « retenue 26-26 » ont vite fait de vérifier si tous les salariés ont subi cette taxe. Ce qui a bel et bien eu lieu. Scanné et mis sur le réseau social facebook, un exemplaire dudit bulletin (voir photo), comporte la mention qui confirme qu’il s’agit de celui du mois de février 2011. Ce qui est inconcevable pour eux, c’est le fait que leurs employeurs se permettent, après la Révolution qui a déraciné le régime corrompu de Ben Ali, de débiter leurs salaires d’une cotisation qui a toujours servi à renflouer les comptes illicites du clan du président déchu.
Un employé de la coopérative a affirmé au «Quotidien» que les 5 dinars ont été prélevés des salaires de tous les employés de l’entreprise, aussi bien les titulaires que les agents temporaires. Au sein de Zouila, tout le monde est choqué. L’employé, contacté par «Le Quotidien», estime tout simplement que «c’est antirévolutionnaire de continuer à imposer une cotisation au titre d’un fonds qui n’existe plus, d’autant plus qu’il s’est avéré que ce n’était qu’un mécanisme qui a longtemps servi à soustraire l’argent du peuple pour finir dans les poches du président mafieux et corrompu».
Il y a lieu de noter, enfin, que l’entreprise concernée compte 200 employés entre cadres et ouvriers en plus d’une trentaine d’agents contractuels. C’est une coopérative qui opère dans la transformation de l’huile d’olive (huile de grignon) et la fabrication du savon. Elle possède également une raffinerie d’huile végétale.


Hassan GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com