Le fait : Retour aux sources





Après son assemblée générale, la première après la Révolution tunisienne, le CA a eu l’honneur de disputer une autre première, celle qui a trait à la rencontre entrant dans le cadre des tours préliminaires de la champion’s League africaine.
Le public était présent et digne de la victoire des siens. Bien que n’étant pas très nombreux, les supporters ont fêté «calmement» la victoire de leur équipe.
On craignait, au départ, certains débordements du public, surtout en ces moments où la sécurité est privilégiée sur toute autre considération.
Mais le public, quel que soit son nombre, a été un modèle de discipline. On avait parlé de 500 personnes qui auraient «encadré» les supporters pour éviter tout risque d’indiscipline, mais le public clubiste, connu pour être le plus pénalisé des supporters de la League I, a démenti toutes les craintes et n’a fait qu’encourager ses couleurs, en ayant une pensée émouvante aux martyrs de la Tunisie, comme le prouve le grand drapeau tunisien orné de la photo de Mohamed Bouazizi.
Ceci nous amène normalement à parler de l’arrêt de la compétition et de ses effets néfastes sur la bonne marche des clubs. Comme tout le monde le sait, nos clubs traversent des moments très difficiles, surtout matériellement.
Le public clubiste vient de donner l’exemple et il n’y a plus de raison logique, en principe, de fermer les stades devant les fans.
Nos clubs ont plus que jamais besoin du soutien de leur public. Les joueurs, de leur côté, piaffent d’impatience de reprendre leurs activités officielles.
En un mot, la survie de notre football passe obligatoirement par l’apport inestimable de leurs supporters.
Dans ce contexte, le rôle des comités de supporters est primordial, voire décisif pour redonner «vie» au sport roi de notre pays.


Moncef SEDDIK




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com