La semaine boursière par : La Bourse de Tunis paye le prix de l’instabilité politique





Pour la deuxième fois de suite depuis le début de l’année et suite aux derniers événements survenus sur la place socio-politique, les cotations de bourse ont été suspendues.
Depuis octobre 2010 (date de l’annonce du projet de loi sur la taxation des plus value), la bourse de Tunis a été malmenée dans un trend baissier qui n’a épargné aucune valeur de la place et ce malgré les bons fondamentaux de la majorité des sociétés cotées (selon les indicateurs d’activité communiqués par le CMF).
Au total, le Tunindex a accusé une perte de -20,62% depuis le début de l’année et jusqu’au 25 février 2011, pour s’établir à 4 058,530 points (après avoir atteint 5 681,390 points à fin septembre 2010) dans un échange quotidien d’en moyenne 6,7MDt.
Boudé par les investisseurs, le secteur bancaire (plus fort poids dans la capitalisation boursière du Tunindex) accuse une baisse de 20,73% depuis le début de l’année. Cette réticence revient à l’importance des engagements des banques de la place avec les familles du président déchu. Des engagements qui varient de 0,041 MDt pour l’UIB à 498,8MDt pour la STB et totalisent 2500 MDt toutes banques confondues.
Les autres secteurs ont été également entrainés par le même courant, induisant de très fortes baisses, notamment dans le secteur de la distribution (-25,7%) et des services financiers (-22,9%).
Les sociétés dans lesquelles les familles de Ben Ali sont directement actionnaires ont atteint des niveaux de valorisations historiquement bas.
A fin février, le niveau des cours devient relativement bas par rapport aux fondamentaux des sociétés de la place. Le tableau suivant illustre les 5 plus fortes baisses du marché depuis le début de l’année.
Le titre STB enregistre la plus forte baisse de l’indice, soit -47,34% pour s’établir à 10Dt, après avoir atteint les 22 Dt en septembre 2010. Ce niveau de cours correspond au plus faible PBR (price book ratio) du secteur (0,484x).
Cette forte baisse peut être expliquée par l’importance du volume des engagements de la banque avec la famille du président déchu qui s’élèvent à 498 MDt, soit 6,5% du total engagement de la banque. Il faut également rappeler que la banque affiche jusqu’à fin 2010, la qualité d’actif la moins bonne du secteur, avec un taux de créances classées de 18,8% et un taux de couverture qui reste en deçà des exigences de la banque centrale à 46,7%.
Dans le même sillage, le titre BNA affiche une contreperformance de -34,53% (à 9,820Dt). La banque compte un engagement total de 336,4MDt envers les familles de l’ex président, dont 14,4MDt à provisionner en 2010.
De son coté, le titre BIAT cède 25,53% à 54,360Dt, un niveau de cours qui correspond à un PER de 12,3x.
Lors de la dernière communication financière tenue par la banque, le management a précisé que le total des engagements avec la famille ben Ali s’élève à 350MDt, soit 7% des engagements de la banque. Le management a ajouté que les sociétés financées ne présentent aucun risque (200MDt pour Orange et Tunisiana ,65 MDt pour des concessionnaires automobiles dont 60MDt pour Stafim Peugeot et 5MDt pour Ennakl Automobile, 35 MDt pour Carthage Cement et Tunisie Sucre et 10 MDt de créances saines et/ou couvertes par des dépôts nantis à hauteur de 50%).
Dans le secteur de la distribution, le titre ENNAKL accuse une baisse de -38,36% pour s’établir à un niveau bien inférieur à son cours d’introduction (10,700Dt) à 7,200Dt.
Pour sa part, le cours du titre ARTES s’est établi à 9,900Dt, soit une baisse de 20,35% par rapport à fin 2010.
Le titre Carthage Cement cède 29% à 2,350Dt. Rappelons que le management de la société a rassuré les investisseurs sur l’état d’avancement du projet et sur les perspectives de croissance et de création de valeur de la société.
Très sensible à la conjoncture économique, les sociétés de leasing ont toutes perdu du terrain : le titre ATL enregistre la plus forte baisse du secteur, soit -21,28% à 4,660Dt.
Les titres TLS et CIL sont également dans le rouge avec un repli de respectivement -20,75% (à 27,650Dt) et -19,36%(à 23,610 Dt) malgré la bonne qualité de portefeuille des sociétés.
Avec une confirmation de la stabilité politique comme préalable, nous nous attendons à une accalmie sur la bourse de Tunis pour le 2e trimestre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com