IIIème Biennale des Arts / Cités de la Méditerranée unifiées





«Pour la terre…» spoliée, les peuples atrophiés, les dignités offensées… La IIIème Biennale méditerranéenne des Arts de la ville de Tunis, s’organise cette année, comme il est de coutume au fastueux Palais Kheïreddine enclavé dans l’intimité des quartiers de la Médina. Et ce, du 02 avril au 15 mai. Il va sans dire que l’art, depuis l’ère du temps, est venu ébranler, toucher au plus près les hommes dans leurs manières de penser. Au gré des inspirations, l’art, langage de l’âme, vient nous chuchoter, nous vociférer des sentiments et des faits pour finalement nous hanter en faisant fi de toutes sortes d’assujestion et assouvir notre besoin du beau, du merveilleux. Voilà pourquoi on a besoin de l’art en ces temps là. Et c’est dans cet esprit que s’inscrit la Biennale des arts, initiée par l’association «Echanges culturels en Méditerranée» (ECUME) avec le soutien de la municipalité de Tunis. A sa 3ème session, la manifestation prend pour thème «Pour la terre…» De l’art tous azimuts Tous genres artistiques confondus, allant de la peinture en passant par la sculpture, la gravure, la céramique, la photographie, la vidéo et l’installation, l’exposition se tient pendant quasiment un mois et demi au Palais Kheïreddine. En marge de l’exposition, la manifestation décline un programme cultuel comportant des rencontres avec les artistes et le public, des animations multimédias ou Club Tahar Haddad et Dar Lasram, des conférences d’universitaires, des ateliers pédagogiques, jusqu’au 8 juin. Une quarantaine d’artistes, entre professionnels et novices, seront des nôtres, venant de Bagdad, d’Alger, de Gaza, d’Amman, d’Alexandrie… C’est que l’art méditerranéen est désormais à la portée de toutes les curiosités. Et c’est sans visa. Mona BEN GAMRA ______________ * ECUME Tunis Depuis sa création, il y a deux ans ECUME Tunis, «Echanges Culturels en Méditerranée», a pour vocation de contribuer au développement durable des échanges culturels entre les cités du monde méditerranéen, fondé sur le respect mutuel et l’intérêt réciproque, afin de partager le sentiment d’appartenance à un héritage commun. Par son savoir-faire, ECUME intervient au travers de projets éducatifs et d’événements culturels. L’action de l’association se situe ainsi dans l’articulation entre l’éducation et la culture d’une part et entre l’action locale et le développement international d’autre part. Sur le plan cultuel ECUME s’est affirmée comme une structure de conception, de production et de diffusion d’événements culturels à travers le monde méditerranéen. • Ouverture de l’Octobre musical à Carthage en 2001 • Deuxième Biennale méditerranéenne des arts de 2002 • Opéra «Didon et Enée» au Théâtre municipal de Tunis (décembre 2002) • Des Classes de Maître • Concerts de Musique • Session de travail de Workshop… • Envoi et accueil de musiciens (pour des Masters-Class) Par ailleurs, ECUME organise en collaboration avec sept autres structures un projet intitulé «Medi Muses» dans le cadre du programme européen EUROMED Héritage II, destiné à promouvoir les musiques modales de la Méditerranée.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com