Solidarité quand tu nous tiens





Par Samia Mestiri Douik (*)
Nous sommes un pays pauvre en matières premières, nous n’avons ni or, ni pétrole, en revanche nous sommes riches en matière grise, en savoir-faire et surtout en valeurs humaines. La solidarité témoignée ces derniers temps par le Tunisien envers son concitoyen et envers les citoyens venant d’autres pays proches et lointains en est la preuve vivante, et notre force réside en cette noblesse d’esprit et de comportement.
La Tunisie, par le biais de son brave peuple, est en train de gérer, avec le cœur et avec une conscience humaniste, un exode de réfugiés sans précédent et ce, malgré les circonstances particulières ô combien difficiles que connaît le pays actuellement. Les frontières tuniso-libyennes connaissent une crise humanitaire, avec des dizaines de milliers de réfugiés de diverses nationalités, affluant sur notre territoire chaque jour. Des marées humaines d’hommes, de femmes et d’enfants affaiblis s’entassent à nos frontières et réclament de l’aide. Et en dépit de nos moyens limités et de nos capacités matérielles et logistiques diminuées par la crise post-révolution, nous avons tenu bon, et nous accomplissons une mission humanitaire de choc, laquelle mission a été saluée par le monde entier.
Tout le monde s’y met, le Croissant-Rouge, l’Armée, le corps médical, les scouts et bien sûr le peuple tunisien qui a su, encore une fois, donner au monde entier une leçon de solidarité.
Ras Jedir s’est transformée en quelques jours en un immense camp de réfugiés organisé et orchestré par nos hommes, déployant pour cela tous les moyens disponibles (tentes, ambulances, hôpitaux, pharmacies et j’en passe). Une armada de camions arrive tous les jours en provenance de tous les coins de la Tunisie chargée de denrées alimentaires, matelas, couvertures, médicaments et autres produits de première nécessité. Des écoles, des associations et des comités de quartiers allant de Bizerte à Ben Guerdane se mobilisent à faire des collectes. Tous les moyens de transport: avions, bateaux, bus, camions et louages se sont mis à la disposition de ces rescapés pour les acheminer à leur destination.
Faut-il rappeler qu’il s’agit-là d’un élan spontané et volontaire parti des délégations et villages frontaliers du Sud et qui, là encore, a fait «tache d’huile».... A la mi-janvier, le peuple tunisien a retrouvé sa liberté et en cette fin du mois de février, il vient briser le «monopole» de la solidarité: désormais, ce n’est plus le «Président» qui a «envoyé des aides…», qui a «ordonné d’aider… », ou alors l’association de «madame la présidente…» qui l’a fait !
Comment ne pas être fier d’appartenir à cette Tunisie qui, depuis début 2011, ne fait qu’impressionner le monde, d’abord par le courage et la dignité de son peuple et sa capacité à faire une révolution et une transition vers le démocratie, et ensuite par ses actes humanitaires et sa solidarité envers les autres.
La Tunisie est, aujourd’hui, en train de tracer sa route vers la Démocratie avec Dignité, Liberté, et Humanisme, en somme, des valeurs universelles qui la feront, sans aucun doute, aller très loin.


(*) Citoyenne indépendante




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com