Les Tunisiens et le foisonnement des partis politiques





La Tunisie est en passe de légaliser un nombre record des partis politiques. D’ores et déjà, nous sommes à 32 partis. Que pensent les Tunisiens de cette abondance?
Massarra Fridhi (Etudiante) : «Pluralisme»
«A mon avis, le foisonnement des partis politiques contribue à la mise en place d’un système pluraliste. Il est également un facteur en mesure de mettre en valeur la diversité au niveau des opinions et des idées. Car, la démocratie est basée sur le pluralisme qui est le garant de la diversité».
Olfa Hamdi (Bloggeuse) : «Positif»
«J’estime que le foisonnement des partis politiques est positif et ce, pour plusieurs raisons. En effet, les partis politiques sont un espace pour l’échange des idées et des opinons.
Alors, il faut que chacun d’entre nous se retrouve avec ses croyances dans un parti qui répond par sa ligne idéologique à ses convictions et ses credo.Cela ne veut pas dire que je suis pour le pullulement des partis pour la simple raison que cela peut instaurer une anarchie et une marginalisation de la vie politique».
Ahmed Alaya (Etudiant) : «Identité politique»
«Nous sommes, à mon sens, dans une phase post-révolution. C’est une étape obligatoire pour que chacun s’exprime et fasse valoir ses idées politiques. Il ne faut pas oublier que nous avons vécu pendant cinquante ans sous des régimes totalitaires qui interdisent l’activité politique démocratique. Alors, par ces temps de liberté, il va de soi que chacun tente de s’identifier par rapport à un parti politique. Donc, nous sommes à la recherche d’une identité politique qui ne peut avoir lieu que dans ce foisonnement de partis».
Rached Elhnidi (Fonctionnaire) : «Liberté d’opinion»
«J’estime que le foisonnement des partis politiques est une preuve de démocratie. Attendu que, gouverné durant plusieurs décennies par un seul et unique parti, tout le monde pense que cette soudaine pléthore de partis est la bienvenue. En effet, on ne peut que renforcer des libertés d’opinion et d’expression. Par ailleurs, nous témoignons toute notre confiance dans les associations et organisations tunisiennes qui ne peuvent être que génératrices de transparence au niveau des élections futures.
Sur un autre plan, nous saluons à leur juste valeur les nouvelles mesures prises pour renforcer les droits de l’homme, l’information et la société civile».
Mohamed Yaâcoubi (Peintre et poète) : «Une aubaine»
«Je pense que le pluralisme est une aubaine pour libérer les écrivains. En outre, force est de constater que le foisonnement des partis politiques consolide la démocratie dans les pays du monde entier y compris la Tunisie. De même, nous sommes confiants en l’avenir de la Tunisie, car nous avons fait la révolution. Nous sommes tous impliqués dans la reconstruction de notre chère Tunisie».
Ayoub Ayari (Etudiant) : «Problème de communication»
«A mon avis, les Tunisiens ne savent pas la signification du pluralisme. Ils croient que le foisonnement des partis politiques est une preuve de démocratie. En plus, le problème de fond est un problème de communication, il faut communiquer avec le peuple sans cesse pour qu’il saisisse le sens profond du pluralisme. Pour moi, cette multiplication effrénée de partis politiques peut s’avérer fortement préjudiciable à la vie socio-politique, parce qu’elle peut entraîner un véritable méli-mélo inextricable, notamment au niveau des élections présidentielles et législatives».


N.A. et M.Sa




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com