Zone d’exclusion aérienne en Libye : La Ligue arabe donne son feu vert





La Ligue arabe, réunie au Caire, s’est prononcée hier en faveur d’une zone d’exclusion aérienne en Libye et pour des contacts avec une opposition qui subit les assauts aériens des partisans de Kadhafi.
Le Quotidien-Agences
Alors que les loyalistes avancent vers l’Est le long de la côte libyenne, repoussant les rebelles, l’un des fils du leader Mouammar Kadhafi a promis «une guerre jusqu’au bout», se disant confiant dans une victoire des troupes gouvernementales.
«Bientôt, tout sera fini», a dit Seif Al-Islam Kadhafi à des journaux italiens, affirmant que les troupes du régime avaient déjà repris «90% du pays». «Ces terroristes ne parlent pas de démocratie, d’élections, de valeurs: ce sont simplement des terroristes», a-t-il assuré.
Mais le Conseil national de transition (CNT), créé par l’opposition et basé à Benghazi à près de 1.000 km à l’Est de Tripoli, a obtenu de la Ligue arabe de le reconnaître en tant que représentant du pays et de donner son accord à une zone d’exclusion aérienne, ont annoncé hier des diplomates participant à la réunion extraordinaire de l’organisation au Caire.
Les ministres arabes des Affaires étrangères «se sont mis d’accord pour inviter le Conseil de sécurité (de l’ONU) à assumer ses responsabilités et à imposer une zone d’exclusion aérienne pour protéger le peuple libyen», a affirmé l’un de ces diplomates sous le couvert de l’anonymat.
«La décision de la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne a été acceptée par les ministres arabes à l’exception de ceux d’Algérie et de Syrie», a-t-il ajouté. La Ligue arabe est formée de 22 membres mais le régime libyen a été exclu des réunions après la répression de l’insurrection.
«Les ministres ont décidé d’ouvrir des canaux de contact avec le Conseil national de transition (CNT) en Libye pour aider le peuple libyen», a-t-il dit.
Deux autres diplomates assistant à la réunion ont confirmé ces informations.
La mise en place d’une telle opération nécessite des centaines d’avions pour interdire le survol d’un territoire de près de 1,8 million de km2 et clouer au sol l’aviation libyenne, une arme actuellement utilisée par le régime pour reconquérir les villes aux mains de rebelles moins bien armés.
Les Etats-Unis et l’Union européenne semblaient hésitants à prendre une telle mesure, même s’ils ont souligné la possibilité d’utiliser «toutes les options» contre Kadhafi, qui reste sourd aux appels à arrêter la répression et à quitter le pouvoir.
Raids
Sur le terrain, l’aviation a lancé deux nouveaux raids sur un poste de contrôle des insurgés à Al-Uqaila, sur la ligne de front entre les rebelles et les troupes régulières dans l’Est.
Al-Uqaila est située à l’Est du site pétrolier de Ras Lanouf, ancien poste avancé de l’insurrection vers l’Ouest mais reconquis par les pro-Kadhafi après des bombardements intenses. Hier, une épaisse fumée s’en dégageait, selon un journaliste de l’AFP.
Après les raids, des dizaines de véhicules transportant des rebelles ont fui Al-Uqaila vers Brega, un peu plus à l’est. Autre site pétrolier stratégique, Brega avait l’aspect d’une ville fantôme samedi après-midi. Elle était désertée par les habitants et aucun signe ne permettait de dire qui la contrôlait, selon un journaliste de l’AFP.
Dans l’ouest du pays, les forces du régime ont fêté avant-hier leur victoire à Zawiyah (40 km de Tripoli), bastion rebelle tombé après plus de deux semaines de résistance acharnée.
Des témoins ont fait état de combats très violents dans cette ville, certains parlant de «massacre». D’autres ont évoqué des vagues d’arrestations.
Les rebelles contrôlaient toujours Misrata (150 km à l’Est de Tripoli) et plusieurs villes du Nord-Ouest, en particulier dans la région montagneuse du Jabal Al-Gharbi, selon des témoignages.
A Benghazi, malgré les tristes nouvelles du front, des volontaires quasi désarmés continuaient de s’enrôler. «Nous n’avons pas peur de cette armée composée à 90% de mercenaires. Nous pouvons les battre», a assuré Khaled, qui a perdu un neveu de 21 ans dans les combats à Ras Lanouf.


La Libye menace l’Italie de représailles
Seif Al-Islam Kadhafi, un des fils du dirigeant libyen, s’est dit mécontent de l’attitude de l’Italie, la menaçant de représailles économiques si elle devait «trahir» un régime dont elle est le premier partenaire commercial, dans des entretiens avec des journaux.
«Nous sommes très choqués et même très irrités de votre position parce que vous êtes le premier partenaire de la Libye dans le monde», a déclaré Seif Al-Islam Kadhafi aux quotidiens Corriere della Sera et Repubblica.
«(Silvio) Berlusconi est notre ami. Nous sommes voisins, amis. Nous pouvions nous attendre à cela (une trahison, ndlr) de la France, de la Grande-Bretagne, de la Suède, mais pas de l’Italie», a-t-il dit.
Le deuxième des huit enfants de Kadhafi affirme que «les Chinois, les Indiens, les Russes, l’Afrique du Sud soutiennent» le régime. Il a recommandé à l’Italie de «faire attention» car «si tu trahis ton partenaire, comment crois-tu qu’il va réagir?».
«Le message à l’Italie est très simple : le peuple libyen est uni et bientôt nous remporterons la victoire contre les terroristes. Ensuite, nous réglerons nos comptes avec tout le monde. Ce sera très facile de remplacer l’Italie par la Chine ou la Russie», a-t-il mis en garde.


Kadhafi «rajeuni» par un Brésilien
Un chirurgien esthétique brésilien a révélé avoir opéré Mouammar Kadhafi avec pour mission de le rajeunir, il y a seize ans dans son bunker à Tripoli.
Dans une interview à l’hebdomadaire brésilien Epoca, Liacyr Ribeiro, 70 ans, qui travaille dans deux cliniques à Rio de Janeiro, confie que le colonel Kadhafi «a exigé une opération imperceptible».
«Je voulais laisser le visage de Kadhafi bien lisse en 1995», affirme le chirurgien qui aurait également opéré le Premier ministre italien Silvio Berlusconi, selon des blogs italiens.
Le colonel «a dit qu’il était au pouvoir depuis plusieurs années et qu’il ne voulait pas que les jeunes le voient comme un vieux», a-t-il expliqué




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com