Japan : Enfer sur terre





Au moins trois Japonais habitant une ville proche d’une centrale nucléaire touchée par une explosion ont été exposés à des radiations, sur fond de crainte d’une fuite radioactive majeure.
Le Quotidien-Agences
Au moins trois Japonais habitant une ville proche d’une centrale nucléaire touchée par une explosion ont été exposés à des radiations, ont rapporté, hier, des médias.
Ces trois personnes faisaient partie d’un groupe de quelque 90 patients internés dans un hôpital de la ville de Futaba-machi et ont été choisis au hasard par les médecins pour subir des tests consécutifs à un incident nucléaire, a rapporté la télévision publique NHK.
Les médecins ont découvert qu’ils avaient tous les trois été irradiés, ont indiqué NHK et l’agence Jiji citant le gouvernement local de Fukushima.
Les patients ont attendu les sauveteurs dans une école où ils avaient été transférés et ont ensuite été hélitreuillés par un hélicoptère, au moment où une explosion s’est produite dans la centrale nucléaire de Fukushima N°1.
Ces trois personnes, dont on ignore l’âge et le sexe, vont devoir subir un lavage spécial pour se débarrasser des radiations, mais leur état de santé ne présente rien d’anormal, a dit NHK.
Les craintes d’un accident nucléaire majeur étaient vives après une explosion hier dans une centrale nucléaire à 250 km de Tokyo, à la suite du très fort séisme et du tsunami qui ont fait la veille 1.700 morts et disparus au Japon, selon des chiffres officiels.
Ce bilan pourrait toutefois s’alourdir, la préfecture de Miyagi, dans le nord-est, étant sans nouvelles d’environ 10.000 des 17.000 habitants de la ville portuaire de Minamisanriku, d’après la chaîne de télévision NHK.
«C’est le plus important séisme depuis l’ère Meiji (1868 à 1912) et l’on pense que plus de 1.000 personnes y ont laissé la vie», a reconnu le gouvernement, au lendemain du tremblement de terre de magnitude 8,9 survenu au large des côtes du Nord-Est et suivi d’un tsunami.
Une catastrophe qualifiée de «désastre national sans précédent» par le Premier ministre Naoto Kan.
L’armée a de son côté découvert de 300 à 400 corps dans le port de Rikuzentakata.
De plus, entre 200 et 300 cadavres ont été retrouvés sur une plage de Sendai (préfecture de Miyagi) après le passage d’une vague de plus de 10 mètres de haut.
A la centrale de Fukushima N°1, également dans le nord-est, une explosion s’est produite hier à faisant, selon la télévision publique NHK, plusieurs blessés parmi les employés.
Risque de radiation
Le chef du gouvernement a ordonné l’évacuation des habitants dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale, tout en appelant la population locale à garder son calme.
A propos de la situation à la centrale de Fukushima N°1, le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, s’est voulu rassurant : citant l’exploitant, Tokyo Electric Power (Tepco), il a souligné que le caisson du réacteur n’avait pas subi de dégâts et que les radiations avaient par la suite diminué.
L’Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle a jugé peu probable que le caisson eût été gravement endommagé, après avoir d’abord averti qu’une fusion pourrait être en cours dans le réacteur.
Du césium radioactif a en effet été détecté aux alentours de la centrale, ce qui atteste généralement qu’un tel phénomène est en train de se produire, a noté un expert.
Selon l’agence Kyodo, la radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le site correspond à la limite de radioactivité à ne pas dépasser annuellement.
Les autorités japonaises ont informé l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) qu’«il y avait eu une explosion près du réacteur N°1 de la centrale de Fukushima-Daiichi et qu’elles étaient en train d’évaluer l’état du réacteur».
A la centrale proche de Fukushima-Daini, le rayon d’évacuation des riverains est de 10 km, a précisé l’AIEA.
Evacuation
Dans le même temps, quelque 50.000 soldats et sauveteurs, avec 190 avions et des dizaines de navires étaient acheminés dans les zones sinistrées de la façade Pacifique.
Selon la police, plus de 215.000 personnes ont été évacuées vers des abris dans le Nord et l’Est, et, d’après l’agence Kyodo, plus de 3.400 habitations ont été détruites.
Au moins 5,6 millions de foyers restaient privés d’électricité et la compagnie Tepco a averti d’un risque d’interruption de l’alimentation en électricité à Tokyo. Un million de foyers demeuraient sans eau potable.
Les premières équipes de secours envoyées par l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, la Suisse, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis étaient attendues dans les prochaines heures au Japon.


Nucléaire: Les accidents les plus graves depuis 30 ans
28 mars 1979 – Etats-Unis : A Three Mile Island (Pennsylvanie), une série d’erreurs humaines et de défaillances matérielles empêchent le refroidissement normal d’un réacteur, dont le cœur commence à fondre.
Août 1979 - Etats-Unis : Une fuite d’uranium dans un site nucléaire secret près d’Erwin (Tennessee) contamine un millier de personnes.
janv-mars 1981 – Japon : Quatre fuites radioactives se produisent à la centrale nucléaire de Tsuruga (centre). 278 personnes sont irradiées.
26 avril 1986 - URSS : Le réacteur numéro 4 de la centrale soviétique de Tchernobyl (Ukraine) explose au cours d’un test de sûreté, causant la plus grande catastrophe du nucléaire civil et faisant plus de 25 000 morts (estimations officieuses). Pendant dix jours, le combustible nucléaire brûle, rejetant dans l’atmosphère des radioéléments d’une intensité équivalente à plus de 200 bombes d’Hiroshima et contaminant les trois quarts de l’Europe.
Avril 1993 – Russie : Une explosion dans une usine de retraitement de combustible irradié à Tomsk-7, ville secrète de Sibérie occidentale, provoque la formation d’un nuage et la projection de matières radioactives. Le nombre des victimes n’est pas connu.
11 mars 1997 – Japon : L’usine expérimentale de retraitement de Tokaimura (nord-est de Tokyo) est partiellement stoppée à la suite d’un incendie et d’une explosion qui entraînent l’irradiation de 37 personnes.
30 sept 1999 - Japon : Un nouvel accident dans le centre de Tokaimura, dû à une erreur humaine, entraîne la mort de deux techniciens. Plus de 600 personnes, employés et riverains, sont exposées à des radiations et quelque 320 000 personnes évacuées. Cet accident, classé au niveau 4, est qualifié de plus grave depuis celui de Tchernobyl.
9 août 2004 - Japon : Dans la centrale nucléaire de Mihama (centre), de la vapeur non radioactive s’échappe d’une canalisation qui s’est rompue à la suite, vraisemblablement, d’une importante corrosion, provoquant la mort par brûlures de cinq employés.
23 juillet 2008 - France : Pendant une opération de maintenance réalisée sur un des réacteurs du site nucléaire du Tricastin (Sud), des substances radioactives s’échappent, contaminant très légèrement une centaine de salariés.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com