Le «Quotidien» au camp de Choucha : Mansour Dhahri (Adjoint du capitaine de l’équipe humanitaire émiratie) : «Un camp spécial pour accueillir des familles libyennes»





Les Emiratis viennent de terminer la construction de leur camp de réfugiés. Un camp cinq étoiles installé à quatre kilomètres du point frontalier de Ras Jedir, spécialement pour accueillir les familles libyennes. Mansour Dhahri, adjoint du capitaine de l’équipe humanitaire émiratie, nous en donne plus d’explication lors d’une interview accordée au «Quotidien».
De notre envoyé Meher KACEMM
Si vous nous donniez quelques précisions sur ce camp?
Ce camp comporte 60 tentes, chacune peut contenir entre 10 et 12 personnes. Il y a également une tente servant de centre médical, une tente cuisine, une tente restaurant et une tente mosquée. Il y a également 50 toilettes. Ce camp est construit et mis en place par le Croissant-Rouge émirati et subventionné par des associations caritatives émiraties sous le commandement du gouvernement émirati. Ce camp est spécialement construit pour accueillir les familles libyennes, au cas où ça dégénère de l’autre côté. Nos équipes travaillent sur trois axes: un sur les frontières égypto-libyennes, un en Turquie, en collaboration avec le Croissant-Rouge turc et un, l’axe principal et le plus important, ici même. Nous avons une équipe de 110 personnes entre médecins, paramédicaux et personnel de logistique. Nous sommes également en train de construire un autre camp pas loin d’ici pour alléger celui de Choucha.
Pourquoi ce camp est-il spécialement construit pour
accueillir les familles libyennes?
Selon nos sources en Libye, la situation risque de dégénérer d’un moment à l’autre. Par prévention, nous nous attendons au pire. Les instances internationales ont fixé un délai à Kadhafi pour qu’il se décide, et qu’il parte ou pas, nous pensons qu’il y aura un flux énorme de Libyens qui vont débarquer ici. Contrairement au camp de Choucha, qui est transitoire, ce camp compte accueillir des familles libyennes qui peuvent y rester pour une année et même plus, le temps que ça se calme chez eux. C’est une sorte de camp permanent. Même si Kadhafi partait, il y aurait sûrement des règlements de comptes entre les pro et les anti-Kadhafi et beaucoup seront obligés de quitter le pays.
Et si vos pronostics s’avéraient faux, qu’en serait-il
de ce camp?
Nous sommes quasi certains que ça se passera exactement comme nous l’avons prévu. Sinon, nous essaieront de ramener le camp en Libye avec l’aide de l’ONU et des ONG internationales.
Justement, puisque vous en parlez, ne pensez-vous pas qu’il y aura des conflits entre les pro et les anti-Kadhafi ici même?
Nous travaillons en collaboration avec l’armée tunisienne et le service d’intelligence, donc il y aura une filtration des réfugiés. En plus, je ne pense pas qu’il y aura des problèmes puisque ceux qui quitteront la Libye fuiront les problèmes. En plus, nous n’acceptons que les familles, ce qui baissera considérablement la tension.
Combien a coûté la construction de ce camp ?
Je n’ai aucune idée du coût de la construction et c’est le dernier de nos soucis. Nous sommes ici pour contribuer à cet élan de solidarité avec le peuple libyen. Nous avons déjà deux avions, chargés de 110 tonnes de nourritures, de médicaments et de couvertures, qui viennent d’atterrir en Tunisie. Là, je veux remercier le gouvernement tunisien pour l’aide qu’il nous a apportée et surtout le peuple tunisien qui nous a surpris. J’ai vu des gens qui ont fait 600 kilomètres et qui viennent proposer leur aide volontairement. Le peuple libyen est chanceux d’avoir des voisins comme vous.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com