Exposition : Manuela Mafioli : Révolution immortalisée





Une exposition de photographies est organisée en ce moment à l’espace El Theatro,
par l’artiste italienne Manuela Mafioli.
Cette expo se tient jusqu’au 21 de ce mois et a pour thème «La révolution du Jasmin». En tout, plus d’une trentaine de clichés. Une multitude de moments immortalisés par la photographe italienne résidant à Tunis Manuela Mafioli. Des photographies auxquelles elle a, à chacune, donné un titre. Des titres simples comme visages, joie ou bien encore victoire.
L’exposition s’intitule d’ailleurs «Oujouh - visages». Les photos sont toutes, à l’exception de deux, en noir et blanc. Des photos qui ne sont pas sans rappeler celles de Cartier Bresson ou bien encore Robert Capa. Avec son appareil, Mafioli joue avec la lumière en accentuant tantôt les traits d’un visage, une expression, un geste et tantôt un objet comme une pancarte ou de la nourriture. Un homme qui sourit en regardant l’objectif et une jeune femme qui applaudit sont autant d’instants qui se prolongent.
L’artiste italienne a choisi d’immortaliser ces moments et ces multitudes de visages lors du sit-in de La Kasbah. Des citoyens brandissant le drapeau tunisien devant des graffitis. Un homme balayant un coin de rue. Des gens assis près d’une tente ou dormant sur des matelas. D’autres photos montrent des jeunes qui manifestent énergiquement devant le ministère de l’Intérieur. De très belles photos en noir et blanc.
Les deux photos en couleur mettent en scène des avocats. Debout côte à côte et revendiquant leurs droits, ils réclament une véritable refonte d’institutions trop marquées par l’ogre rcdiste.
Une question demeure néanmoins en suspens. Cette exposition ne méritait-elle pas un plus grand espace ? Sobriété et modestie sont des traits caractéristiques du peuple tunisien mais il s’agit tout de même d’une révolution. Une révolution qui, de surcroît, a ébranlé le monde arabe. Alors quelques photos ou quelques mètres carrés de plus pour l’exposition n’auraient pas été de trop. Mais surtout, nous avons hâte de voir ce qu’ont immortalisé les photographes tunisiens, qui sont les premiers concernés.


M. WALEY EDDINE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com