Démocratie et liberté d’expression : Un plan de travail sera dressé





«Femme, démocratie et liberté d’expression» tel était le thème débattu par des écrivaines et des journalistes. Le débat a été animé par Mme Lilia Labidi, ministre des Affaires de la femme.
Écrivaines, poétesses, enseignantes et journalistes ont été invitées à une table ronde tenue hier, au siège du ministère des Affaires de la femme. L’objectif premier de cette rencontre était de cerner les difficultés en matière de liberté d’expression afin de pouvoir dresser un plan d’action. De fait, Mme la ministre a insisté sur l’importance d’un tel débat pour discuter les problèmes, qui, 23 ans durant, ont empêché les femmes de s’exprimer librement. Elle a insisté sur le rôle de la femme tunisienne dans la concrétisation de la liberté et de la démocratie.
Dans ce cadre, Mme Dalenda Larguet, historienne, a insisté sur la nécessité de préserver les acquis de la femme, notamment les acquis du Code du Statut Personnel. Elle a également parlé de la nécessité de revoir la Constitution et la légitimité des organisations et associations féminines en Tunisie afin qu’elles transmettent les voix de toutes les femmes tunisiennes et pour qu’elles servent uniquement la cause féminine pour qu’il y ait enfin une totale égalité entre femme et homme tunisiens et ce, à tous les niveaux.
De son côté, Mme Kammoun, a insisté sur la nécessité de protéger les acquis de la femme depuis l’époque de Bourguiba. Elle ajoute que, durant ces dernières années, on a noté un recul du statut de la femme surtout au niveau des mentalités. Mme Kammoun ajoute que l’ancien régime de Ben Ali a utilisé à mauvais escient les acquis de la femme tunisienne dans un seul but : leurrer l’opinion publique surtout au niveau international. Elle pense que cette utilisation a creusé un profond fossé entre les vrais acquis et la mentalité parce que cette image gonflée de la femme tunisienne utilisée à des fins politiques a porté préjudice aux vrais acquis féministes.
La parole a été ensuite donnée à plusieurs femmes parmi l’assistance afin de dresser une liste quant aux difficultés que rencontre la femme tunisienne. Ces difficultés entravant la démocratie et la liberté d’expression, au temps de Ben Ali, seront revues et étudiées. La ministre a dit qu’à la lumière de cet atelier, un plan de travail serait dressé par le ministère transitoire afin de faciliter le travail de ceux qui prendront le relais.

A.C.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com