Bahreïn : Les pays du Golfe à la rescousse des Al Khalifa





Les pays du Golfe ont envoyé une force militaire spéciale à Bahreïn pour aider les dirigeants du pays à mettre un terme à un mois de manifestations.
Le Quotidien – Agences
Des unités ont été dépêchées par le Conseil de coopération du Golfe (CCG), regroupant Bahreïn, le Koweït, le sultanat d’Oman, le Qatar, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. Le responsable saoudien n’a pas fourni d’information sur les effectifs de cette force spéciale, acheminée par air et par la route et qui doit participer à la protection des bâtiments les plus stratégiques.
Selon The Gulf Daily News, quotidien proche du pouvoir à Bahreïn, cette force doit notamment protéger des installations pétrolières et centrales électriques. Hier, un groupe parlementaire pro-gouvernemental a demandé au roi du Bahreïn d’imposer la loi martiale pour mettre un terme aux troubles.
Ce groupe parlementaire, cité par l’agence de presse officielle BNA, a réclamé une déclaration de loi martiale pour trois mois, arguant que des «mouvements extrémistes» tentaient de déstabiliser le pays et de l’entraîner dans un conflit religieux. Il souhaite un couvre-feu et le déploiement de soldats dans le pays.
Dans son communiqué, l’opposition a appelé la communauté internationale à «assumer rapidement ses responsabilités» et à «protéger le peuple de Bahreïn du danger d’une intervention militaire».
Elle l’a aussi exhortée à «prendre les mesures adéquates pour protéger les civils et à convoquer pour cela le Conseil de sécurité» de l’ONU.
Les soldats saoudiens arrivés avant-hier à Bahreïn font partie de la force commune du Conseil de coopération du Golfe (CCG), appelée «Bouclier de la péninsule», mise en place en 1984.
Le responsable saoudien qui a annoncé cette arrivée à l’AFP a précisé que toute force du CCG déployée dans un pays membre «passe sous l’autorité du pays hôte», laissant entendre qu’il revient à Bahreïn de décider ou non de la faire participer au maintien de l’ordre.
Bahreïn est relié par un pont-digue à l’Est de l’Arabie Saoudite, où se concentre la minorité chiite du royaume, mais le responsable saoudien n’a pas précisé par quel moyen les troupes saoudiennes étaient arrivées.
L’Arabie Saoudite est le chef de file du CCG, groupement des monarchies arabes du Golfe dont fait partie Bahreïn et qui comprend aussi les Emirats arabes unis, le Qatar, Oman et le Koweït.
Le CCG a exprimé plus d’une fois sa solidarité avec les autorités bahreïnies qui font face à une contestation grandissante. Il a décidé le 10 mars de créer un fonds de développement de 20 milliards de dollars pour aider Bahreïn et Oman, autres pays en proie à des manifestations.
Le CCG a par ailleurs promis de faire face «avec fermeté» à toute menace contre la sécurité de l’un de ses membres.
A Bahreïn, les activistes réclament des réformes politiques et une véritable monarchie constitutionnelle. Certains n’hésitent pas à demander le départ de la dynastie sunnite des Al-Khalifa qui gouverne ce pays dont la population autochtone est en majorité de confession chiîte.
Le dialogue censé sortir le pays de l’impasse n’a pas encore démarré malgré les offres répétées faites par le prince héritier Salman Ben Hamad Al-Khalifa.
«Occupation»
L’opposition bahreïnie conduite par les chiîtes a crié hier à l’«occupation étrangère» après l’annonce de la présence de troupes saoudiennes venues aider à rétablir l’ordre après une escalade de la violence et de la contestation visant la dynastie sunnite des Al-Khalifa.
«Le peuple de Bahreïn fait face à un réel danger, celui d’une guerre contre les citoyens bahreïnis sans déclaration de guerre», ont souligné les sept composantes de l’opposition, dont le Wefaq chiîte, dans un communiqué.
«Nous considérons l’entrée de tout soldat, de tout véhicule militaire dans les espaces terrestre, aérien ou maritime du royaume de Bahreïn comme une occupation flagrante, un complot contre le peuple de Bahreïn désarmé, et une violation des accords et des conventions internationales», a ajouté l’opposition.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com