AILC et ENDA : Une coopération à visage humain





L’Association Internationale des Lions Clubs et l’Association ENDA viennent de s’engager pour collaborer dans le cadre du développement des régions défavorisées en Tunisie. Une coopération qui a pour but de contribuer à l’amélioration des revenus et de la qualité de vie des Tunisiens à faible revenu.
Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au siège VERMEG, les représentants des deux associations ont souligné l’importance de mettre en évidence des mesures de coopération et de partenariat entre les deux institutions afin de collaborer davantage en matière des microprojets et des dons destinés aux familles nécessiteuses. Mme Nadia Hassine, gouverneure du district 414 en Tunisie des Lions, a mis l’accent sur l’impératif de multiplier ces actes de solidarité dédiés au profit des familles nécessiteuses pour améliorer le niveau de vie de plusieurs citoyens. Elle a indiqué que l’association des lions travaille sur plusieurs projets visant cette catégorie démunie. Elle poursuit en ces termes: «Depuis le 14 Janvier, des dons d’une valeur de plus de 100.000 DT ont été distribués aux familles des zones déshéritées et au bénéfice des réfugiés à Ras Jedir. A travers nos 58 clubs, nous essayons de cibler les régions de l’intérieur pour améliorer les conditions de vie de plusieurs familles».
Par ailleurs, Mme Hassine a affirmé que depuis la création de l’association, plusieurs projets ont été mis sur pied, tels le projet de gestion des eaux de pluies au Kef, le centre communautaire pour le soutien scolaire et la ferme thérapeutique de Sidi Thabet.
Pour sa part, Mme Asma Ben Hmida, dirigeante de ENDA interarabe, a confirmé l’entière disposition de son association en matière de développement des microprojets en Tunisie. Elle a indiqué que la population cible de ENDA interarabe est constituée de travailleurs indépendants vulnérables en termes d’accès au capital financier et humain, de formation et d’encadrement. Et de renchérir: «Les microcrédits que nous donnons à nos clients peuvent améliorer la situation de plusieurs familles nécessiteuses. Nous apportons notre aide tout le long du processus du microprojet financé pour garantir la réussite et la rentabilité. Par contre, et suite à la révolution, nous essayons de contribuer à la création d’entreprises pour toucher les jeunes chômeurs et les encourager à la vie entrepreneuriale. A ce niveau, nous sommes en train de mettre un programme d’éducation financière pour informer nos clients sur les meilleurs moyens pour garantir la réussite d’un projet».
D’autre part, Mme Ben Hmida a indiqué que l’Association a financé plus de 160.000 microprojets à travers 60 agences réparties dans les quatre coins du pays. L’activité de l’Association touche en premier lieu les zones rurales et les quartiers pauvres de la Tunisie.
En outre, les deux associations ont braqué les projecteurs sur les véritables besoins de la société tunisienne après la révolution pour trouver de nouvelles voies d’accompagnement destinées aux familles défavorisées. Dans ce cadre, l’Association Internationale des Lions Clubs a affirmé qu’elle fournira une partie de la somme du crédit sous forme de don non remboursable.
Il reste à noter que les deux associations comptent prendre des mesures visant les Tunisiens qui sont revenus de la Libye et les réinsérer de nouveau dans la sphère économique du pays.

Walid BOUROUIS


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com