Côte d’Ivoire : Ouattara appelle Gbagbo à partir





Le Quotidien – Agences
Des «rebelles» ont attaqué la ville de Duékoué, important carrefour stratégique dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, mais ont été repoussés par les militaires fidèles au président sortant Laurent Gbagbo, a-t-on appris de source militaire pro-Gbagbo.
Des tirs à l’arme lourde et à la kalachnikov avaient éclaté à Duékoué, alors que le président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara a appelé Laurent Gbagbo à saisir sa «dernière chance» de céder le pouvoir.
Un imam a été tué lors de violences à Abidjan, en proie à des affrontements quotidiens entre partisans d’ Alassane Ouattara et son rival Laurent Gbagbo, ont déclaré hier deux responsables musulmans. «Depuis avant-hier soir, ça tirait» dans le secteur Port-Bouët 2, une enclave pro-Ouattara du quartier de Yopougon (Ouest), bastion du président sortant Laurent Gbagbo, a indiqué à l’AFP l’imam Idriss Koudouss, président du Conseil national islamique (CNI).
La ville de Duékoué, située à une quarantaine de km au Sud de l’ex-ligne de front divisant le pays et théâtre en janvier de violences inter-ethniques, a été réveillée par des détonations d’arme lourde et de tirs de kalachnikov, dont l’origine restait indéterminée dans l’immédiat.
L’Ouest est traversé par l’ex-ligne de front de 2002-2003 coupant le pays en un Nord tenu par les ex-rebelles des Forces nouvelles (FN) et un Sud — où se trouve Duékoué — resté sous le contrôle du gouvernement du président sortant Laurent Gbagbo.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com