Les enseignants du lycée de Marseille : Un exemple à suivre





Lorsque nous avons publié le témoignage de Mme Malika Kahlaoui Kalak, une enseignante au lycée de la rue de Marseille à Tunis, dans notre livraison de mardi dernier et qui dit avoir fait l’objet d’une agression, notre souci était de donner la parole à nos lecteurs qui se disent victimes de tel ou tel agissement alors que pour la première fois dans l’histoire de notre pays, les Tunisiens sont finalement libres. Evidemment, ce témoignage n’est pas passé sans susciter la réaction de ses collègues qui considèrent qu’ils étaient lésés par ce témoignage.
Alors pour éclairer la lanterne de l’opinion publique, les enseignants du lycée ont organisé hier une rencontre à la quelle nous étions conviés. Une initiative à saluer absolument puisqu’elle a été principalement décidée afin de cerner les différends entre les enseignants, privilégier l’intérêt de l’établissement scolaire et protéger sa sacralité.
Quant au conflit qui a éclaté entre Mme Malika Kalak et l’un de ses collègues, les trente-sept professeurs présents à cette rencontre ont exprimé leur désir de voir ce différend se dissiper rapidement. La réconciliation est demandée d’autant qu’il s’agit d’une élite qui a entre les mains l’avenir de nos enfants. Il faut dire que le lycée de la rue de Marseille est réputé pour sa discipline et la rigueur de sa ligne éducative. Du coup, tous les enseignants étaient unanimes afin de consolider cette réputation et ne pas lui nuire sous n’importe quel motif. Les temps sont à la solidarité et la réconciliation, les enseignants du lycée de la rue de Marseille donnent l’exemple à plusieurs autres secteurs secoués par les divergences et les conflits.

Myriam ben Salem


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com