Monde arabe/ Les années de plomb





Les années difficiles de la fin de la période bourguibienne en Tunisie se sont articulées autour d’un contexte arabe en pleine effervescence. Une approche globale entre l’évolution de la situation locale tunisienne et de son analogue dans d’autres pays arabes au cours des années 80 du siècle dernier s’avère donc très instructive. Dans le cadre du 3ème congrès du «Forum de la pensée contemporaine» qui a eu pour thème l’Etat tunisien à la fin du règne de Bourguiba (1980-1987), un bon nombre de spécialistes ont traité de ce sujet en le rapportant à son contexte arabe. Soulignons au passage que ledit congrès a été organisé récemment par la Fondation Témimi pour la recherche scientifique et l’information et la Fondation Konrad Adenauer en Tunisie et en Algérie. • L’effondrementde la «légitimité révolutionnaire» en Algérie Dr. Ibrahim Lounissi, de l’Université de Sidi Bel Abbès à Alger, s’est intéressé à l’évolution du pouvoir politique en Algérie. Il a observé à cet effet que ce pouvoir s’est basé sur la légitimité révolutionnaire tout en essayant d’appuyer cette notion par la légitimité constitutionnelle, et ce, à l’époque du président algérien Haouari Boumédien. Dr. Lounissi a, néanmoins, remarqué que cette légitimité s’est de plus en plus désagrégée pendant le début des années 80 avec la montée au pouvoir du président Chédli Ben Jédid. Cette désagrégation correspond à une période d’ouverture économique et de réformes qui ont affecté le legs économique et idéologique de la période précédente (de 1962 à 1978). L’Algérie a, également, vécu des mutations sociales, culturelles et politiques qui ont conduit jusqu’à la rébellion contre le pouvoir en place dont les événements d’octobre 1988 ont été l’illustration la plus crue. • La crise libanaise Les années 80 ont été aussi une période de grande instabilité qui a conduit à une guerre civile au Liban. Dr. Messaoud Dahlan, de l’Université du Liban, a apporté un éclairage sur certains aspects de l'évolution de la situation dans ce pays arabe au cours de ces années de plomb. Il a, d'abord, souligné l’importance des familles prestigieuses dans la vie politiques de ce pays, mentionnant à cet effet que l’avènement de la famille Jmaïl au Liban remonte à l’année 1540. Il a ensuite rappelé la prise du pouvoir par Béchir Jmaïl au Liban en 1982, indiquant que ce dernier a eu recours à la branche armée de son parti, les Phalanges. Après l’assassinat de Béchir Jmaïl, le 23 mai 1982, le pouvoir échut à son frère, Amine Jemaïel, qui a maintenu l’identité arabe du Liban tout en refusant de s’aligner à Israël et à la Syrie. • Le projet de Sadate en Egypte En Egypte, le revirement politique a eu lieu plus tôt que dans le reste du monde arabe. Dr. Mohsen Kheder, de l’Université de Aïn Shams d’Egypte, rapporte ce revirement à la fin de l’époque nassérienne et la confirmation du projet d’Anouar Sadate après la guerre d’Octobre de 1973. Ce projet a remis en question les fondements nationalistes arabes de la politique égyptienne tels qu’ils ont été élaborés à l’époque de Jamal Abdennasser. Dr. Kheder s’est surtout préoccupé de la polémique que ce revirement politique a soulevé au sein de l’élite intellectuelle. Il a indiqué qu’à l’exception de quelques intellectuels comme Taoufik El Hakim, la majorité de l’élite égyptienne a maintenu son attachement aux principes fondateurs du nationalisme arabe. • L’agression israélienne contre la Tunisie Dans ce contexte arabe bouillonnant, la Tunisie a vécu l’agression israélienne contre son territoire qui a frappé les locaux de l’OLP à Hammam-Chott, le 1er octobre 1985. Cette agression, advenue à un moment de pleine crise politique en Tunisie a été traitée par Dr. Abdellatif Hannachi, de l’Université de la Manouba. Dr. Hannachi a considéré que cet événement grave n’a pas été bien géré par le gouvernement tunisien de l’époque. Selon lui, la plainte tunisienne à l’ONU a axé sur la souveraineté tunisienne et omis d’évoquer la partie palestinienne qui a été également victime de cet assaut militaire israélien. Abdelmajid HOUACHI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com