«Hannibal II» : Les otages tunisiens de retour au bercail





Enfin libres, les 32 membres de l’équipage du navire Hannibal II dont 22 Tunisiens ont vécu, les dernières 24 heures de leur captivité, dans le doute, la peur et surtout la confusion. Ils doivent leur salut certes à l’armateur Férid Abbas, mais également au Premier ministre du gouvernement provisoire, qui a tenu à clore cette affaire dans les plus brefs délais en exhortant toutes les parties concernées à assumer pleinement leurs responsabilités.
Le montant de la rançon a été payé deux jours avant le déblocage de la situation. Un intermédiaire est entré en contact lundi avec des agents de la société d’assurances de l’armateur avant que les pirates n’acceptent de libérer les otages et le bateau.
Ceci étant, le montant de cette rançon a été négocié à plusieurs reprises et des sept milliards exigés au départ, les ravisseurs n’ont obtenu que deux. Faut-il encore rappeler que le bateau a mis le cap sur le port de Djibouti où un avion qui a été affrété par le gouvernement tunisien ramènera sous peu les vingt-deux otages tunisiens à Tunis.
Les marins tunisiens sont sains et saufs et devaient tout de même être soumis à des examens médicaux à l’hôpital militaire à Tunis. Le Hannibal II, battant pavillon panaméen, est exploité par la société Gabes Marine Tankers (GMT), dont le propriétaire est l’homme d’affaires tunisien Férid Abbas, avait été capturé le 11 novembre 2011 dans l’océan Indien, alors qu’il faisait route vers Suez avec une cargaison d’huile de palme depuis la Malaisie.

H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com