Que pensez-vous de la délocalisation des marchands ambulants?





Il a fallu remettre de l’ordre dans les rues de la capitale. C’est chose faite, puisque les agents de l’ordre ont mené hier une vaste opération avant de réussir à délocaliser les marchands ambulants qui ont envahi les places publiques au lendemain de la révolution. Qu’en pensent les Tunisiens?

Bornia Khaldi (Fonctionnaire) : «Une bonne action»
«Je suis agréablement surprise de constater que les rues de la capitale ont retrouvé le calme d’antan. Les marchands ambulants ont été durant deux mois à l’origine de ce désordre et le fait qu’ils quittent les lieux me rassure, puisque je peux maintenant me promener calmement, sans avoir peur d’être harcelée par ces vendeurs à la criée».

Hanen Mrad (Fonctionnaire) : «Organiser le secteur»
«Certes, ces marchands ambulants ont le droit de travailler, mais dans un cadre légal. Il faut dire que le fait qu’ils vendent des produits dont l’origine est inconnue, est déjà une menace pour le consommateur. Que dire alors de la manière avec laquelle ils sont installés dans les rues. Il n’est pas, par ailleurs, suffisant de les délocaliser, il est urgent de les installer dans des marchés obéissant aux normes de sécurité et d’hygiène».

Zohra Ben Slama (Fonctionnaire) : «Bravo aux agents de l’ordre»
«Il faut saluer les agents de l’ordre qui ont réussi à rétablir l’ordre dans la rue car le fait qu’ils soient absents pendant quelque temps a permis à ces marchands ambulants de faire la loi en envahissant les rues et les places publiques. La capitale retrouve son calme et nous aussi».
N.A.


Béji Rezgui (Gérant) : «Intervention énergique»
«Je suis très satisfait après la disparition des marchands ambulants de notre paysage citadin. Force est de remarquer que ces vendeurs, outre le véritable foutoir qu’ils ont créé, sont des délinquants et des fauteurs de troubles en puissance. Nous autres, commerçants et gérants, avons extrêmement pâti de leur présence envahissante, attendu que les consommateurs se sont rabattus sur eux, prix concurrentiels obligent. Par ailleurs, les clients se raréfient de plus en plus à cause des insanités que ces intrus profèrent à longueur de journée, vu la présence de leurs étals à proximité de nos boutiques.
En outre, je ne peux que saluer l’intervention énergique des forces de l’ordre et de l’armée nationale qui, en un tournemain, ont mis fin à cette cacophonie».
Amine Massoudi (Gérant) : «Dynamisme»
«J’ai personnellement un avis nuancé. D’une part, je ne suis pas hostile à la présence de ces marchands ambulants,vu que cela a conféré à l’activité commerciale beaucoup de dynamisme. C’est un point positif par ces temps de vaches maigres que traverse notre économie demeurée assez hibernale jusqu’ici. A mon niveau personnel, l’animation environnante a entraîné une belle affluence vers mon restaurant, le départ de ces marchands ambulants a fait que tous ces clients ont déserté à mon grand dam les lieux.
D’autre part, je trouve tout à fait logique de battre à plate couture ce commerce parallèle en plein centre-ville, un endroit très fréquenté par les touristes et réservé aux établissements administratifs et qui a engendré un indescriptible tintamarre».

Fahed Ben Romdhane (Propriétaire de boutique) : «Favorable»
«Le tohu-bohu généré par ce commerce parallèle a failli causer aux paisibles citoyens beaucoup de désagréments. Autant certifier que je suis totalement favorable à cette mesure. En effet, ces marchands ambulants n’ont fait que semer la zizanie au sein de la population qui a plutôt besoin de vivre en sécurité et dans une totale quiétude, après tous les événements renversants que notre pays a vécus.
Chapeau bas, donc, à notre vaillante armée nationale et à nos braves forces de l’ordre qui ont délogé ces marchands à la sauvette. Je suis soulagé parce que je vais pouvoir récupérer mes clients qui m’ont boudé ces derniers temps à cause des prix imbattables que mes concurrents illégaux ont affichés.
Vivement l’ordre et la sécurité dans notre pays avide de vivre de nouveau de certitude».


M. Sa




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com