Photographie : Révolution du 14 janvier : Le plus près possible





Les photographes évoluant dans le milieu journalistique, mais aussi les amateurs ou simplement les artistes, se sont inspirés de plusieurs photographes et de leurs travaux pour immortaliser la révolution tunisienne. Parmi ces photographes, l’on peut citer Robert Capa. Né en Hongrie et parti vivre en Allemagne, cet homme de terrain a révolutionné le domaine de la photographie par une série de clichés en noir et blanc, pris dans de nombreux pays.
Des occasions en or
Ainsi, sa carrière professionnelle a-t-elle été marquée par de grands événements. Lorsqu’un journal ou un magazine l’envoie faire un reportage dans une zone de conflit, Robert Capa ne s’arme pas seulement de courage mais aussi de son meilleur appareil photo. Citons son départ au Danemark pour photographier le responsable communiste Trotsky, alors pourchassé par les assassins de Staline, ou bien encore lorsqu’il couvre pour le magazine «Vu et regard» la guerre civile espagnole. Guerre qu’il a réussi à condenser en un cliché, celui où l’on voit un soldat tomber. Il est ensuite envoyé par le magazine «Life» en Chine pour couvrir la guerre sino-japonaise et l’avancée américaine et anglaise sur le front d’Afrique du Nord.
Notons, également, qu’il était le seul photographe présent lors du débarquement en Normandie. Il mourra pendant la guerre en Indochine après avoir marché sur une mine antipersonnel.
La vie, moment fugace
La technique de Robert Capa est simple, il suffit de prendre la photo en suivant son instinct. Que la photo soit floue et mal cadrée, cela importe peu. Ce qui importe véritablement c’est la force émotionnelle qui s’en dégage, la fascination qu’elle inspire. C’est pour cela que la plupart de ses photos, si ce n’est la totalité, ont pour sujet la mort, l’homme qui fait face au danger. Tel ce clic quand on appuie sur le bouton de l’appareil photo, la vie n’est qu’un moment fugace et l’homme lui donne un sens. Ainsi pour Capa, le photographe doit être le plus près possible de l’action. Il doit prendre le même risque et encourir le même danger que les héros de ces clichés.
Il va sans dire que ce photographe de renommée internationale revenait à l’esprit de beaucoup de photographes tunisiens et étrangers durant la révolution.

M. WALEY EDDINE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com