Aides aux diplômés du supérieur : Les allocations “Amel” distribuées fin mars





Lancé officiellement au mois de février, le programme "Amal" destiné à soutenir les diplômés du supérieur demandeurs d’emploi entre en vigueur à la fin de ce mois. Il profitera à cinquante mille jeunes.
Attendue par des dizaines de milliers de jeunes, la mise à exécution du programme d’aide aux diplômés du supérieur au chômage est imminente. Le programme Amal, annoncé, le 22 février par le gouvernement provisoire, touchera dans un premier temps 50 mille jeunes. Selon une source au cabinet du ministère de la Formation professionnelle et de l’emploi, le versement des allocations doit avoir lieu à partir de la fin du mois de mars. Ces allocations seront en effet attribuées aux candidats inscrits aux bureaux d’emploi et du travail indépendant, titulaires de diplômes de l’enseignement supérieur ou d’un brevet de technicien supérieur (BTS) qui sont en chômage depuis au moins six mois.
La même source insiste toutefois sur le fait que les indemnités Amal ne sont pas des primes de chômage. Elle explique que «l’allocation mensuelle de 200 dinars sera payée pendant une année pour aider les candidats à faire une recherche active d’emploi et non pas de compenser leur chômage». Les bénéficiaires devraient participer à des actions d’intérêt collectif.
Il faut dire qu’au lendemain de l’annonce par le gouvernement provisoire de ce nouveau programme, la ruée sur les bureaux d’emploi relevant de l’Agence nationale de l’emploi et du travail indépendant (ANETI) a été spectaculaire dans toutes les régions. Dépourvus d’informations nécessaires sur le programme, les agents de certains bureaux d’emploi dans les régions pris d’assaut par des centaines de demandeurs d’emploi ont fait appel à l’intervention des services de l’ordre. Pas mois de 100 mille dossiers ont été, en effet, déposés aux bureaux d’emploi à travers tout le pays.
Lors des deux premiers mois de 2011, les résultats disponibles en ce qui concerne les insertions professionnelles des titulaires de diplômes réalisées à travers les bureaux de l’ANETI affichent 2000 nouveaux recrutements contre 8000 nouvelles embauches durant la même période de 2010. Un résultat décevant certes, mais tout à fait «logique et attendu» selon la même source, vu la conjoncture économique difficile…


Hassan GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com