«Chroniques de journées peu ordinaires» : Le volontariat en point de mire





La présentation d’un nouveau documentaire sur le volontariat au camp de réfugiés de Choucha, à la frontière libyenne, a fait l’objet d’un point de presse à la maison de la culture Ibn Khaldoun.
Avec la contribution du producteur Radhi Trimèche, ce film en phase de montage intitulé «Chroniques de journées peu ordinaires» est réalisé par Habib Mestiri et le critique Mahmoud Jemni. «Nous avons opté pour une image expressive, loin de l’exotisme, qui présente les hommes en tant qu’humains», a affirmé Habib Mestiri avant la projection d’un extrait de cinq minutes de ce film. «Une caméra à hauteur d’hommes, avec une insistance sur la portée volontaire chez le peuple tunisien», a-t-il ajouté. De son côté, Mahmoud Jemni a renchéri, en indiquant que ce n’est point un regard misérabiliste que présentent ces chroniques. Le film tente de répondre à la question ayant trait à ce qui pousse les jeunes tunisiens à être volontaires. Avec trois heures de rushes, il va devoir en tirer un film, dont la durée sera entre 22 et 26 minutes. Habib Mestiri a espéré que la télévision tunisienne pourra diffuser ce film, en lui lançant un appel. «Le cinéma tunisien doit être présent, en de pareilles circonstances», a déclaré l’interlocuteur. Ce film a été tourné depuis quelques jours avec les centaines de jeunes tunisiens des différentes régions du pays qui se sont portés volontaires. «Chroniques de journées peu ordinaires» rendra compte, comme l’indique son nom, d’une vie extrêmement difficile, de gens partagés par les problèmes de langue, de race, mais qui s’unissent grâce au sentiment humain.


Lotfi BEN KHELIFA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com