Contre-plongée : La stagnation joue les prolongations





Bien que la révolution tunisienne ait pu engendrer, sinon faire éclater une production filmique —tous supports confondus— qui éternise cet événement exceptionnel, une stagnation indésirable demeure.
Certes, la reprise des activités culturelles dans le pays, après deux mois de mort totale, ne semble pas avoir intéressé le secteur. Pis encore, les cinéastes de toutes les générations ont affiché leur désaccord, avec comme pomme de discorde leur bonne vieille association qui devrait se mettre au goût du jour et faire sa révolution, pardi! Une association ne rimera jamais avec dissociation! Nos cinéastes devraient s’unir tous, bravant les vieilles divergences pour le bien de notre cinéma et pour que le public puisse trouver son compte. Car ce qui compte, ce sont les films qu’ils offriraient à voir aux spectateurs tunisiens en premier et non point les paroles et les discours, où les langues deviennent parfois corrosives. Notre «petit» cinéma, avec son minuscule marché intérieur, pourrait bien faire des miracles; car l’impossible n’est par tunisien. N’est-ce pas, jeunes tunisiens, réalisateurs de la révolution inouïe?!
D’un autre côté, les salles de cinéma, qui ont repris de l’ouvrage, ne proposent pas de nouveautés, ou rarement. Les séances restent quasiment les mêmes et cela depuis des lustres, allait-on dire. Les séances nocturnes, ayant été abandonnées pour désertion flagrante du public. Pour le moment, pas de bousculades devant les salles obscures. Nos exploitants, sinon les cinéphiles eux-mêmes, ont la tête ailleurs. Alors, à quoi servirait une salle de cinéma aujourd’hui? Attendre que tout reprendra normalement et réapprendre à survivre aux caisses vides. Nos exploitants et autres distributeurs pourraient bien chercher des solutions pour pouvoir s’en sortir. Il suffit de provoquer le destin et de repenser les formules galvaudées. Mais pourraient-ils alors sacrifier quelques sous pour une campagne publicitaire bien orchestrée? En programmant des films qui ne laisseraient pas indifférent le plus méticuleux des spectateurs. Ces films seraient nouveaux ou anciens en phase avec les beaux jours de la révolution.


L.B.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com