Lâché par des chefs de l’armée yéménite : Saleh, seul contre tous!





Des chefs de l’armée yéménite ont fait défection et annoncé, hier, leur ralliement à la contestation contre le président Ali Abdallah Saleh.
Le Quotidien - Agences
Deux commandants de régions, le général Ali Mohsen Al-Ahmar, responsable du Nord-Est qui comprend la capitale Sanaa, et le général Mohammed Ali Mohsen, en charge du district militaire oriental, se sont déclarés, hier, en faveur des protestataires.
Leurs défections sont les premières de cette importance dans les rangs de l’armée, et deux autres généraux: Nasser Ali Chouaïbi, dans le Sud-Est du pays, et Fayçal Rajab, dans le Sud.
En outre, le principal chef tribal, cheikh Sadek Al-Ahmar, a demandé au président Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, de se retirer, joignant sa voix à celles de dignitaires traditionnels et religieux, dont le rôle est déterminant dans ce pays pauvre de 24 millions d’habitants.
Majorité
En dépit de ces défections, le président Saleh, 68 ans, a affirmé que la «majorité du peuple» le soutient.
«La grande majorité du peuple yéménite est avec la sécurité, la stabilité et la légalité constitutionnelle. Et ceux qui appellent au chaos, à la violence, à la haine et au sabotage ne sont qu’une infime minorité», a assuré le président à Sanaa.
Auparavant, le général Al-Ahmar, issu de la plus influente tribu du pays, avait accusé sur Al-Jazira le chef de l’Etat de «réprimer les manifestants pacifiques» et de «pousser le pays vers la guerre civile», .
A Sanaa, des dizaines d’officiers ont annoncé leur ralliement devant une foule de manifestants qui bravaient toujours sur la place de l’Université une interdiction de manifester pour exiger le départ du président Saleh.
Déploiement
Hier, des blindés se sont déployés, par ailleurs, dans le centre de la capitale, notamment autour du palais présidentiel, du siège du parti au pouvoir le Congrès populaire général (CPG), du ministère de la Défense et de la Banque centrale.
A Aden (Sud), deuxième ville du pays, le général Chouaïbi a apporté son soutien à la contestation, en même temps que 60 officiers de la province de Hadramout et de 50 officiers du ministère de l’Intérieur. Et le gouverneur de la province, Ahmad Qaatabi, a présenté sa démission.
Ces ralliements à la contestation interviennent alors que le chef tribal, cheikh Sadek Al-Ahmar, a demandé au président Saleh «d’éviter l’effusion de sang et d’opter pour une sortie honorable».
Sa défection s’ajoute à celles de responsables du régime qui se sont multipliées ces jours-ci, contraignant le président Saleh à limoger avant-hier soir le gouvernement, après la démission de trois ministres.
Selon l’agence officielle Saba, Saleh a demandé à son cabinet «d’expédier les affaires courantes jusqu’à la mise en place d’un nouveau gouvernement».
Les ambassadeurs du Yémen en Arabie saoudite, Mohammad Ali al-Ahwal, et au Koweït, Khaled Rajeh Cheikh, ont également annoncé hier se joindre au mouvement de contestation contre le président Saleh.
Cinq ambassadeurs du Yémen en Europe ont écrit au président Saleh pour lui demander de démissionner, selon l’ambassadeur du Yémen en France Khaled Al-Akwaa.
Le départ du président Saleh est «incontournable», a jugé de son côté le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé.
La contestation a pris de l’ampleur après la mort de 52 personnes tuées lors d’une attaque contre des manifestants à Sanaa. Cette tuerie attribuée à des partisans du régime a marqué la journée la plus sanglante depuis le début fin janvier de la contestation.
Ce massacre a été condamné hier par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, en visite au Caire. «Le gouvernement yéménite a l’obligation de protéger les civils», a déclaré Ban, soutenant un «dialogue global».
Fidélité
Sur un autre plan, l’armée yéménite soutient le président Ali Abdallah Saleh et le défendra contre tout «coup de force contre la démocratie», a déclaré hier le ministre de la Défense, à la suite d’une série de défections ou démissions dans les rangs de l’état-major.
«Les forces armées resteront fidèles au serment qu’elles ont fait devant Dieu, la nation et les dirigeants politiques sous le frère président Ali Abdallah Saleh», lit-on dans une déclaration du ministre Mohammad Nasser Ali, dont une copie a été obtenue par Reuters.
«Nous ne permettrons pas, quelles que soient les circonstances, un coup de force contre la démocratie et la légitimité constitutionnelle, pas plus qu’une atteinte de la sécurité de la nation et des citoyens», poursuit le ministre.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com