Carnet culturel





Théâtre
Quoi ? « Ellil zahi » de Farhat Jedidi, avec la Troupe de la Ville de Tunis. Où ? Au Théâtre de la ville de Tunis. Quand ? Demain, à 18h00.
C’est la reprise pour la Troupe de la Ville de Tunis, après quelques mois d’absence. «Ellil zahi», l’intitulé de la nouvelle création qui sera jouée demain, en avant-première. Pour l’histoire, c’est celle d’un couturier qui trouve dans l’escroquerie et le charlatanisme les meilleurs moyens pour fuir la misère et faire fortune. Alors accompagné de son apprenti, il a choisi de faire chaque soirée le tour des hôtels… et c’est un autre mystérieux monde à découvrir.
Il est à signaler que la pièce réunit une pléiade d’artistes de renom, ayant affûté leur talent au sein de la Troupe de la Ville de Tunis dont nous citons : Mohamed Sayari, Jamel Aroui, Amor Zouiten, Anissa Lotfi, Ikram Azzouz, Zouheïr Raïs, Mongi Ben Hafsia, Kaouther Bardi, Rim Zribi…
Il est à noter également que la Troupe de la Ville de Tunis est dirigée par l’artiste Mouna Noureddine.
«Ellil zahi» de Farhat Jedid, avec la Troupe de la Ville de Tunis, demain à 18h00, au Théâtre de la Ville de Tunis, 2, rue de Grèce- Tunis. Tél. : 71.320.734.
Quoi ? «Les rêves d’un émigré clandestin» (Hareq yetmanna) de Raouf Ben Yaghlane. Où ? Au Théâtre de la Ville de Tunis. Quand ? Le 26 mars à 19h00.
Un texte bien ancré dans l’actualité. L’émigration clandestine, un dossier brûlant que l’artiste Raouf Ben Yaghlane a relancé depuis l’été dernier. «Les rêves d’un émigré clandestin» est un texte qui dénonce toutes les pratiques malsaines qui ont accentué le chômage, faisant de l’émigration clandestine la seule échappatoire pour les jeunes tunisiens. Tissée soigneusement suite à une série de rencontres avec des jeunes expulsés et d’autres qui continuent à fuir la police italienne…
De ces gens qui se projettent dans le flou, croyant que la rive nord de la Méditerranée est le paradis, Raouf Ben Yaghlane nous en parlera, essayant de convaincre nos jeunes de rester et d’aider à la reconstruction de leur pays.
Rendez-vous avec Raouf Ben Yaghlane et ses «Rêves d’un émigré clandestin», le 26 mars à 19h00, au Théâtre de la Ville de Tunis, 2, rue de Grèce- Tunis. Tél. : 71.320.734.
Théâtre des marionnettes
Quoi ? «Histoire des marionnettes» de Habiba Jendoubi et Fathi Dhibi. Où ? A la maison de la Culture Ibn Rachiq. Quand ? Le 27 mars à 11h00.
C’est autour des poèmes de Jacques Prévert que le duo Habiba Jendoubi et Fathi Dhibi ont tissé leur nouvelle création, choisissant de donner la parole aux marionnettes. «Histoire de marionnettes» se veut une plongée dans l’univers de ce poète qui a chanté l’amour, la vie, la guerre, la beauté. Cette création réunit une pléiade d’artistes chevronnés, spécialisés dans l’art de la marionnette dont nous citons: Rochdi Belgasmi, Fathi Dhibi, Naceur Akermi sans également oublier Habiba Jendoubi.
«Histoires des marionnettes» de Habiba Jendoubi et Fathi Dhibi, le 27 mars, à 11h00, à la maison de la Culture Ibn Rachiq, 20, avenue de Paris, Tunis. Tél. : 71. 342. 337.
Dédicaces
Quoi? Présentation- dédicace de «Willis from Tunis: Chroniques de la Révolution». Où? A l’espace Art- Libris au Kram. Quand? 25 mars à 18h30.
Que de bons échos pour ce chat qui nous rappelle le célèbre chat botté. Willis est son nom. Il est né le 13 janvier à Tunis. La parole libre, prêt à tirer à boulets rouges, Willis est toujours sur l’actualité, prêt à tout commenter sans souci, surtout dans les domaines politique et social. Un chat intelligent, Willis a su bien marquer les «Facebookers» par son talent et son humour corrosif, durant la Révolution.
Créée par la peintre et dessinatrice Nadia Khiari, Willis n’a pas baissé les bras même après la Révolution. Il continue à tout commenter, avec courage. Ceux qui veulent aujourd’hui faire la connaissance de ce drôle de chat sont conviés à une rencontre-dédicace d’un album réunissant les péripéties de l’aventure de ce chat.
«Willis from Tunis: Chroniques de la Révolution», le 25 mars, à 18h30, à la librairie–espace d’arts, «Art-Libris», 298, avenue Bourguiba (en face du stade du Kram), Salammbô. Tél.: 71.720.799.
Quoi? Présentation- dédicace de « Ben Ali, le ripou » de Béchir Turki. Où? A la librairie Clairefontaine- La Marsa. Quand? Demain à 18h00.
Ayant côtoyé et connu de près le président déchu, l’auteur apporte de cet ouvrage son témoignage, dévoilant certaines facettes méconnues de ce personnage. «Très timide, taciturne, morose, méfiant» mais aussi «intriguant et machiavélique», c’est ainsi qu’il le décrit pour de nombreuses raisons citées au fil des pages. Des histoires croisées sur cet homme qui a dirigé la Tunisie pendant 23 ans.
Ancien Sadikien, Béchir Turki a fait ses études supérieures à Paris. Ingénieur en détection électromagnétique (radar), il a été chargé de la Direction des Transmissions de la Défense Nationale, puis de celle du ministère de l’Intérieur.
Le vécu de Béchir Turki ainsi que son histoire avec Ben Ali sont à découvrir lors de cette rencontre à la librairie Clairefontaine- La Marsa.
«Ben Ali, le ripou» de Béchir Turki, demain, à 18h00, à la librairie Clairefontaine- La Marsa.
D’autres événements à suivre…
- Exposition de Nadia Rais à la galerie «Artyshow», 4 rue Imam Echafiî- Marsa Plage. Voir jusqu’au 6 avril.
- Présentation du livre «Hannibal Barca, la véritable histoire» de Abdelaziz Belkhodja, le 24 mars, à 18h00, à l’espace Clairefontaine à El Menzah 6.
- Présentation de la pièce «Retour définitif», le 25 mars à 19h00, à l’espace «Artisto», 3 rue de Damas- Le Belvédère.
- Exposition sur le parcours du leader Habib Bourguiba au Club culturel Tahar Haddad et ce, jusqu’au 10 avril. L’exposition est organisée par la Bibliothèque nationale de Tunisie.


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com