Des milliers de manifestants à Deraa : Le vent du soulèvement gagne la Syrie





Après les manifestations massives à Deraa, le régime syrien se trouve au cœur de la tourmente des révolutions qui secouent la région arabe.
Le Quotidien - Agences
Des milliers de personnes ont défilé hier à Deraa, dans le Sud de la Syrie, après l’enterrement d’un manifestant tué la veille, ont indiqué à l’AFP des témoins.
«Les manifestants en masse ont commencé à défiler du cimetière vers la Mosquée Omari après l’enterrement» de Raëd Akrad, tué avant-hier par les forces de l’ordre lors d’une manifestation.
«Révolution, révolution», «Dieu, la Syrie, liberté et c’est tout», scandaient les manifestants, a indiqué cet habitant de Deraa selon qui des éléments armés sont postés aux entrées de la vieille ville.
«Par notre âme et notre sang, nous nous sacrifierons pour toi, notre martyr», ont également scandé les protestataires, selon une correspondante de l’AFP sur place.
«Plusieurs personnes ont été blessées après avoir inhalé des gaz lacrymogènes, et les forces de sécurité qui sont déployées en force, ont arrêté plusieurs personnes», a dit à l’AFP un autre témoin aux abords de la Mosquée Omari.
«Les forces de sécurité ont tenté d’empêcher une participation massive aux obsèques mais des milliers se sont rassemblés quand même», a-t-il ajouté. «Les forces de sécurité se sont aussi déployées aux entrées de la ville».
Deraa est depuis quatre jours le théâtre de manifestations malgré une loi d’urgence en vigueur en Syrie depuis 1963.
Des centaines de manifestants ont mis le feu avant-hier au palais de justice et à d’autres bâtiments et voitures à Deraa au sud de Damas, à la suite de heurts avec les forces de l’ordre qui ont fait un mort et 100 blessés.
Une délégation gouvernementale composée du vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Meqdad et du ministre de l’Administration locale Tamer Al-Hijé, s’était rendue avant-hier à Deraa pour présenter ses condoléances aux familles de deux manifestants tués récemment.
Le mouvement de protestation a été lancé le 15 mars à Damas après un appel d’une page Facebook, intitulée «la révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011», à manifester pour «une Syrie sans tyrannie, sans loi d’urgence ni tribunaux d’exception, sans corruption ni vols ni monopole des richesses».
La France a dénoncé hier les violences contre les manifestants en Syrie et demandé la libération de toutes les personnes détenues pour avoir participé au mouvement de protestation.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com