Bahreïn : Le roi dénonce un «complot étranger»





Le Quotidien - Agences
Bahreïn a annoncé avoir déjoué un complot contre sa sécurité, au moment où les relations avec l’Iran de ce petit royaume du Golfe soutenu par l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis s’enveniment.
Cette tension met en relief l’enjeu stratégique de cet archipel, où la dynastie des Al-Khalifa est contestée par une opposition dominée par des chiîtes, qui forment la majorité de la population autochtone. «Le royaume de Bahreïn a mis en échec un complot étranger qui était fomenté depuis au moins vingt ou trente ans», a annoncé le roi Hamad Ben Issa Al Khalifa, dans des propos rapportés par l’agence officielle.
Il n’a pas précisé quel pays était impliqué dans ce complot, mais Manama et les responsables saoudiens ont dénoncé l’influence de l’Iran derrière les troubles récents à Bahreïn, qui ont fait craindre pour la stabilité du régime.
Les Etats-Unis, qui maintiennent à Bahreïn le commandement de leur Vème flotte chargée la protection des routes pétrolières du Golfe, ont appelé les autorités à la retenue, mais se sont abstenus de toute autre pression.
Alors que Washington est intervenu militairement en Libye, aux côtés de pays occidentaux et arabes, pour stopper les assauts du colonel Mouammar Kadhafi contre des groupes rebelles, la diplomatie américaine a souligné qu’aucun parallèle ne pouvait être dressé avec Bahreïn.
Le conseiller du président Barack Obama pour la sécurité nationale, Tom Donilon, a insisté sur le fait que les situations en Libye et à Bahreïn n’étaient «pas comparables», justifiant la différence de réaction américaine.
Il a ajouté que le pouvoir à Bahreïn avait proposé un dialogue national avec l’opposition, mais celle-ci l’a refusé exigeant d’abord la démission du Premier ministre, oncle du roi, qui détient cette fonction depuis 40 ans.
Samedi, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton avait également estimé que Bahreïn avait «le droit souverain» de faire appel à ses voisins du Golfe pour sa défense.
Le roi Hamad, dans ses propos rapportés par l’agence officielle BNA, a assuré que le complot déjoué visait tous les pays du CCG — l’Arabie Saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Qatar, Oman et Koweït.
Ces riches royaumes pétroliers redoutent depuis son instauration en 1979 l’influence de la République islamique d’Iran, unique théocratie chiîte dans la région, qui occupe toute la rive orientale du Golfe.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com