Vu en France : Pas de front républicain contre le Front national





Marine Le Pen sort renforcée du premier tour des cantonales et talonne le parti de Nicolas Sarkozy. Mais l’UMP refuse d’appeler à voter pour un candidat de gauche.
De notre correspondant permanent, François Bécet
Difficile de tirer des enseignements forts d’un scrutin auquel plus de 55% des électeurs n’ont pas participé. D’autant plus difficile que l’on ne sait pas exactement à qui profite l’abstention. Les uns estiment qu’elle favorise les extrêmes, donc le Front national, les autres pensent le contraire et l’Ifop explique que «l’électorat frontiste est un électorat contestataire, c’est celui qui s’abstiendrait le plus lors d’élections secondaires comme les cantonales».
Quoiqu’il en soit, nul ne peut contester la poussée du FN qui, avec 15,18% des suffrages talonne l’UMP (17,07). Pratiquement trois points de plus qu’en 2004 alors que ses candidats étaient présents dans 400 cantons de moins. Là où il se présentait, le FN est donc en moyenne à 18%. Les sondeurs voyaient quelque 200 candidats frontistes au deuxième tour, ils seront 394. Un succès qui fait dire à une Marine Le Pen souriante que «le vote FN n’est plus exclusivement, comme on entend le dire trop souvent, un vote de protestation, mais bel et bien un vote d’adhésion». Confiante, elle ajoute que «le score du FN confirme que l’on peut se retrouver au deuxième tour de la présidentielle face au PS». A noter quand même que le parti des Le Pen ne compte aucun élu dans les conseils généraux.
La «modernité» de Marine Le Pen, par rapport à son père et à ses vieux clichés, la fait apparaître plus proche des préoccupations des Français inquiets pour leur avenir. Et la manière dont l’UMP s’empare de toutes les thématiques frontistes crédibilise les propos de Ma,rine Le Pen aux yeux d’électeurs crédules qui ne voient pas de différences marquantes entre la droite et l’extrême droite. Alors ils «essaient» le Front puisque la majorité présidentielle ne réussit pas à les convaincre. La stratégie ambiguë de l’UMP a conduit à ces résultats note Francis Laffon, l’éditorialiste de l’Alsace. Ce sera sans doute une des données majeures de la présidentielle.
Cela dit, il faut constater que le PS ne profite pas du recul de l’UMP. Avec 25,05% des voix, il est en dessous de son résultat de 2004, 6,23%. En dessous aussi si l’on ajoute les radicaux de gauche et les divers gauche ; à peu près 31% contre 33%. La majorité présidentielle ne s’est pas effondrée et domine légèrement cette gauche précitée. Mais si on lui ajoute les voix des écologistes (8,2 et du Font de gauche (près de 9%), l’ensemble de la gauche est proche des 50%.
Dans la défaite, la majorité présidentielle se divise. Pour qui voter dimanche lors des 204 duels PS-FN, des 37 FG-FN ? «Jamais personne n’a dit que j’interdis de voter pour le PS» a répété Nicolas Sarkozy hier matin, tout en précisant que «ceux qui appellent à voter PS cherchent à se construire une personnalité sur le dos de la famille». Avec le président, Copé, Baroin et Guaino refusent le front républicain qui ferait croire aux électeurs que l’UMP et le PS, c’est pareil. Il faut «combattre politiquement» le FN mais «sans union, sans fusion» explique le porte-parole du gouvernement.
D’autres affirment qu’il faut laisser l’électeur décider lui-même, lui permettre de voter pour le candidat de Marine Le Pen. Ce qui ne plaît guère à quelques ministres, Wauquiez, Kosciusko-Morizet, Pécresse ni aux partisans de Jean-Louis Borloo.
A gauche où les consignes de vote sont plus claires pour les 89 duels UMP-FN, François Hollande n’a pas encore gagné son pari de conserver la Corrèze enlevée à la droite en 2008. Si la droite est en recul – Bernadette Chirac a été réélue avec une seule voix de majorité —, la maire socialiste d’Ussel a été battue. François Hollande, dont le siège n’était pas en jeu, avait affirmé avant le scrutin qu’il ne serait candidat aux primaires socialistes que s’il conservait la présidence du conseil général de Corrèze. Dimanche soir, il avouait sur BFM TV: «Je suis mobilisé, modeste et prudent. Ce sera très serré». A suivre…


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com