Premier tour (Aller) : Inégalement sécurisant





Nous escomptions un tir groupé de nos représentants. C’est fait. Sauf que la marge de sécurité n’est pas la même pour tous, rassérénante pour l’EST et l’ESS, à gérer opportunément pour le CA et l’OB.
En Ligue des champions, les Sang et Or n’ont pas fait dans la dentelle. Certes, l’ASPAC béninois s’est révélé un adversaire fort modeste, mais les Tunisiens, gloutonnement friands de compétition, après la longue période d’inactivité forcée, y ont mis beaucoup de cœur à l’ouvrage, exécutant une salve de cinq fulgurantes détonations, rien qu’en première période. Mais chassez le naturel, il revient au galop, entendons cette mentalité du footballeur tunisien en général, faite de suffisance, à la lumière du criant bémol qui s’est vérifié en seconde période au cours de laquelle les joueurs ont décéléré plus qu’il n’en fallait.
Un match qu’on peut gagner par (10-0), pourquoi s’en priver? Un goût d’inachevé d’autant plus prononcé que physiquement les joueurs ne semblaient nullement affectés par le défaut de compétition.
Toujours en L.C., le CA a réussi un match plein, faisant vivre à son vaillant public d’intenses sensations, de la joie aux certitudes en passant par le doute. C’est que l’ensemble clubiste donne toujours à voir cette double postulation aux allures désespérément antinomiques, l’une vers le haut, à l’image d’une attaque de feu, l’autre vers le bas, allusion à sa déplorable fragilité défensive. D’où ce pénalisant déséquilibre compartimental. Toujours est-il que les deux buts d’écart engrangés dans son escarcelle ne constituent point une mince affaire. Un avantage à préserver et pourquoi pas à fructifier lors de la seconde manche au Caire, la défense des Zamalkaouis s’assimilant à une véritable passoire.
En Coupe de la CAF, c’est pratiquement le même son de cloche, avec une équipe, l’ESS, ayant su se mettre presque définitivement à l’abri et une autre, l’OB, pas trop rasséréné mais ayant son destin entre les mains.
Les Sahéliens, orphelins du seul Nefkha par rapport à leur dernière sortie époustouflante en Championnat, ont confirmé leur santé reluisante, grâce à leur robustesse défensive et leur efficacité offensive. Un succès d’autant plus rassurant que l’antagoniste ghanéen appartient à une grande nation du football.
Les Cigognes, pour leur part, rassurés défensivement par l’apport dans les bois d’un Zidane tout aussi décisif, se prévalant d’une belle maîtrise technique, notamment dans le secteur médian, peuvent voir venir la suite sereinement.
Et cerise sur le gâteau, les Béjaois ont démontré une grande résistance mentale, les deux buts ayant été marqués dans le temps additionnel. L’effet Hidoussi en somme, déjà agissant.

Wahid SMAOUI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com