Yémen : Saleh instaure l’état d’urgence





Le Quotidien- Agences
Le Parlement yéménite a approuvé hier l’instauration de l’état d’urgence, un vote immédiatement rejeté par l’oppo­sition, alors que des blindés d’unités rivales étaient toujours déployés à Sanaa.
Le président Ali Abdallah Saleh, 69 ans, a appelé, de sa part, à un dialogue direct avec les jeunes qui exigent son départ depuis plus d’un mois, mais eux aussi ont refusé, maintenant leur sit-in dans le coeur de la capitale yéménite.
La coordination de ce mouvement débattait aujourd’hui de l’opportunité d’organiser demain une marche en direc­tion du palais de Saleh, devant lequel ont pris position des chars de la garde présidentielle, commandée par un des fils du président.
Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, est de plus en plus isolé face à la contestation populaire, qui a reçu le soutien de généraux et d’officiers de l’armée, de dignitaires religieux et de chefs tribaux.
Les Etats-Unis, qui ont vu en lui un allié dans la guerre contre le terrorisme, se sont dit inquiets de l’impact que pourraient avoir les troubles actuels sur la lutte contre Al Qaïda dans la péninsule arabique.
Selon les autorités yéménites, 164 députés sur 165 présents au Parlement ont voté pour l’instauration de l’état d’urgence, proclamé le 18 mars par le chef de l’Etat après la mort de 52 manifestants tués par des tirs attribués à des partisans du régime.
Mais un député du parti islamiste aA-Islah, Abdel Razaq Al Hejri, a contesté comme «une falsification éhontée» le vote du Parlement affirmant que le quorum n’avait pas été réuni, 133 députés seulement sur 301 ayant assisté à la séance, selon lui.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com