Camions-grues de retour : Et rebelote !





Depuis deux jours, les camions-grues, longtemps critiqués par les conducteurs, sont de retour et commencent à circuler dans les rues de la capitale et les zones avoisinantes pour mettre fin au stationnement anarchique.
Après deux mois d’ar­rêt, les camions-grues de la fourrière ont recommencé à sillonner les avenues de la capitale. Un événement at­tendu, vu le désordre total du stationnement. Un retour trop attendu surtout par les citoyens et les commerçants, étant donné que l’embouteillage de­vient de plus en plus ennuyeux surtout au niveau des grandes rues de Tunis. Les autorités concernées ont annoncé que les services de la Municipalité et des voiries remorqueront tout véhicule qui sera en mauvais stationnement ou garé dans des zones de stationnement interdit.
Selon M. Hmida Omrani, di­recteur général de l’Agence Municipale de Gestion, l’inten­tion est de dégager les trottoirs et les artères principales de Tunis. Tout véhicule garé sur le trottoir, en double file, ou dans des zones de stationnement interdit clairement indiquées, sera sujet au remorquage.
Ainsi, les voitures remor­quées dans les différentes zones de la capitale payeront 30 dinars. Pour les poids-lourds, M. Omrani a affirmé aussi que la municipalité ne dispose pas d’engins capables de remorquer ce genre de véhicules. Il pour­suit en ces termes: «Notre objectif majeur est de sensibi­liser les conducteurs et d’assu­rer un comportement civique. Nous avons ordonné à nos agents des camions-grues d’éviter le remorquage des voitures, si elles ne constituent pas un obstacle pour la circu­lation et de faire preuve de souplesse et de compréhension vis-à-vis des cas ne présentant pas une gêne directe. Nous voulons juste éviter le station­nement anarchique et faciliter la circulation au niveau de la capitale».
Par ailleurs, et dans le cadre de la résolution du problème du stationnement dans la ville de Tunis et pour assurer la fluidité de la circulation, la mu­nicipalité de Tunis a créé des zones bleues : zone du marché central avec 1100 places de stationnement, zone Lafayette avec 1200 places de station­nement, zone Abderrazek Chraibi avec 1700 places de stationnement et zone Mokhtar Attia avec une capacité de stationnement de 1200 places. Le tarif est fixé à 500 millimes l’heure. Il convient de signaler que la municipalité de Tunis dispose de 16 fourrières dont deux gérées par des privés. Ces fourrières constituent une source de revenus pour 200 employés.

Walid BOUROUIS




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com