Emigration clandestine en Italie : Bras de fer avec l’Europe et main tendue à la Tunisie





Avant leur arrivée hier à Tunis, les deux ministres italiens des Affaires étrangères et de l’Intérieur n’ont pas omis de brandir des menaces contre leurs partenaires européens s’ils ne font pas preuve de solidarité avec leur pays face à l’afflux sans précédent de migrants.
Roberto Maroni menace de délivrer 5000 visas Schengen aux Tunisiens de Lampedusa. Avec la certitude qu’ils n’auront qu’une destination en tête : la France. Alors que Franco Frattini parle de 50.000 candidats potentiels à l’expatriation.
C’est dans ce climat particulièrement tendu que s’est déroulée cette visite en Tunisie des deux ministres italiens. Bien évidemment, la conférence de presse tenue hier en marge de cette visite dans la salle d’honneur à l’aéroport Tunis-Carthage était plutôt d’un caractère diplomatique versant dans une dimension technique.
Des chiffres et encore des chiffres pour décrire une situation alarmante dans l’Ile de Lampedusa devenue depuis le mois de janvier un gigantesque camp abritant des milliers de migrants. Le ministre italien des Affaires étrangères parle d’«une situation devenue pesante à Lampedusa, où 15.000 immigrés ont afflué depuis le début de l’année contre 25 en 2010». Et le ministre d’ajouter :
« L’Italie ne peut à elle seule gérer cette vague d’exode sans précédent. L’Europe doit agir et nous aider à maîtriser ces flux de migrants. »
Et lorsqu’il parle de l’Europe, le ministre italien sait que les partenaires européens de son pays ont maintenant d’autres chats à fouetter. La France comme l’Allemagne ou encore la Grande-Bretagne et l’Angleterre ont d’autres priorités qui ne sont autres que le conflit libyen. Alors l’Italie peut toujours attendre. D’où cette menace adressée par Maroni particulièrement à la France consistant à livrer aux migrants de Lampedusa 5000 visas Schengen.
Toujours est-il que l’Italie doit impérativement agir afin d’assister le gouvernement tunisien tant au niveau de la logistique que celui financier et ce, dans sa lutte contre l’immigration clandestine.
A cet effet, le ministre italien des affaires étrangères a promis d’accorder à la Tunisie une aide de 150 millions de d’Euros destinés à relancer l’emploi et à venir en aide aux PME en difficulté. Maroni a fait également état de la volonté du gouvernement tunisien de commander des matériels et des équipements destinés à lutter contre les réseaux d’immigration clandestine. Une aide de l’ordre de 80 millions d’Euros sera allouée à cet effet par l’Italie à la Tunisie. Et lorsqu’on parle de logistique, il y a lieu de rappeler qu’il s’agit de radars, de vedettes côtières de surveillance et d’assistance technique.
En attendant, le désir de milliers de jeunes tunisiens de « brûler » vers l’Italie est plus que jamais « ardent »

Myriam Ben Salem


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com