Leila Ben Hmida (Présidente de «Citoyens Solidaires») : «Apprendre à dire “Non” à la loi du plus fort»





C’est avec un élan se voulant positif et partant d’un sentiment fort de citoyenneté et de solidarité que cette nouvelle association cherche à apprendre aux Tunisiens à dire non à la loi du plus fort...
Vous affirmez que votre association se dévouera à la promotion de la culture politique. De quelle manière le ferez-vous?
Tout d’abord je vous suis très reconnaissante pour le soutien que vous apportez à notre association. L’association «Citoyens Solidaires» a pour but l’émergence d’une démocratie solidaire. En valorisant les notions de solidarité et de tolérance pour garantir l’égal accès aux droits fondamentaux de tout citoyen quelles que soient ses origines, ses appartenances, croyances ou condition sociale. En somme, apprendre à dire non à la loi du plus fort!
Vous traitez seulement des droits ou aussi des devoirs de chacun dans la démocratie naissante?
Ce projet républicain se donne comme objectifs la réhabilitation de l’action publique, la mobilisation pour une meilleure redistribution fiscale et répartition des richesses afin de lutter contre toutes les discriminations sociales et économiques, rendre accessible, l’information et la formation aux droits et devoirs, restaurer le civisme et le sens de la collectivité en accordant de nouveaux droits, de nouveaux pouvoirs aux citoyens par la promotion de la démocratie participative.
Les quartiers populaires sont-ils également ciblés par le travail de votre association?
Nous allons tout faire pour que les couches populaires qui se sentent les plus délaissées réinvestissent le débat politique et contribuent par la sensibilisation de tous les publics à l’éveil de la citoyenneté tout en favorisant l’émergence d’une citoyenneté active, engagée dans la vie sociale, économique et politique, qui participe de la défense et de la promotion de l’intérêt général, qui construit la solidarité entre les régions, entre les générations, entre les peuples, contre les valeurs de l’individualisme, de division sociale, de xénophobie et de sexisme.
Nous voulons également partager et diffuser les valeurs de citoyenneté et de solidarité qui contribuent à l’émergence d’une société démocratique basée sur la tolérance, le respect de l’autre, la préservation de l’espace public, des domaines publics et de l’environnement.
Avez-vous déjà établi un plan d’action?
Nous poursuivons l’objectif d’accompagnement par la mise en place d’ateliers de sensibilisation à l’éducation civique et à l’intérêt général à destination de tous les publics avec des actions spécifiques à l’intention du jeune public, par des rencontres entre le public et les acteurs de la société civile, par la formation d’éducateurs, d’intervenants, d’animateurs. Et aussi par la mise en contact d’associations et d’organismes impliqués dans une démarche similaire, en s’inscrivant dans une dynamique de réseau pour renforcer cette citoyenneté active et toute autre action pédagogique, éducative, permettant de favoriser cet objectif.

Manoubi AKROUT


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com