MPD : Appel à un large front progressiste commun





Les dirigeants du Mouvement des patriotes démocrates (MPD) ont tenu hier une conférence de presse au cours de laquelle ils ont fait connaître les positions de leur parti de gauche sur une multitude de questions.
M. Chokri Belaïd, entouré des membres de la direction du MPD et devant une assistance nombreuse des militants et des sympathisants de son parti dont des artistes, a tenu en prime à saluer la mémoire des martyrs de son mouvement et les luttes tenaces qui, depuis les années 1970, ont été menées sur différents fronts, ceux du mouvement estudiantin, ouvrier et syndical, associatif, féminin, celui des droits de l’Homme… autant de faits de lutte qui ont jalonné et enrichi le mouvement de la gauche marxiste en Tunisie. «Le dictateur (Ben Ali) étant tombé, ajoute C. Belaïd, la lutte continue pour chasser la dictature et bâtir la Deuxième république, revendication des forces vives».
Figure de proue
Avant d’inviter les journalistes à intervenir, M. Belaïd a fait une brève présentation de son mouvement: «C’est un mouvement démocratique, ouvert aux forces démocrates; c’est un projet en devenir qui ne peut exclure quiconque. Notre destin est d’être un mouvement des forces de gauche, du progrès et de la liberté. La concorde a deux volets, gauche marxiste et nationaliste arabe car, en ce sens la gauche a été comme elle restera une soupape de sûreté pour la révolution dans ce pays».
Se voulant rassembleur, il lance un appel à tous: «C’est une phase sensible qui requiert une lutte une et unifiante, car le MPD n’a pas de programme ou de projets à lui seul ; unissons-nous donc. Unité, unité et encore unité pour la réalisation des tâches ardues qui nous incombent», a martelé le leader marxiste, mettant en garde contre «la contre-révolution et les forces réactionnaires qui guettent et se consolident».
La Tunisie qui sera
Le MPD propose un leitmotiv fédérateur dont l’objectif sera «la démocratie sociale». La constitution qu’il prône est celle qui jettera les fondements d’un Etat civil avec l’égalité totale entre les Tunisiennes et les Tunisiens, la séparation de la religion et de la politique, qui libère la religion de l’instrumentalisation politique partisane. C’est une constitution qui respecte et protège la croyance individuelle et éloigne les mosquées et l’administration de toute propagande partisane. Elle instituera les droits politiques, économiques, sociaux et culturels sur la base des conventions internationales.
Les Patriotes démocrates défendent une économie qui soit au service du peuple, sur la base d’une imposition équitable et d’une dynamique de développement équilibré et juste. Leur programme comporte aussi la création de conseils régionaux et locaux élus et sous contrôle populaire et le lancement d’une réforme agraire qui libère les forces de production dans les campagnes et les intègre dans le circuit économique mais sans aliénation. C’est donc une économie où l’Etat jouera un rôle fondamental dans tous les secteurs stratégiques, et qui ouvre les opportunités d’investissement après que la révolution a libéré le capital national du dépouillement mafieux.
Cette constitution garantira les droits sociaux du peuple laborieux, véritable producteur de la révolution. Une justice indépendante, souveraine, équitable, une information pluraliste, démocrate et libre.
Chokri Belaïd prône une révolution culturelle qui garantisse un changement radical et la re-production de l’identité du peuple sur la base de l’acquis arabo-islamique éclairé, pour une participation efficiente à la marche progressiste de l’humanité.


Mounir BOUDALI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com