Côte d’Ivoire : La guerre civile se précise





La démonstration de force des deux camps rivaux en Côte d’Ivoire met le pays au bord d’une guerre civile tandis que le nombre des victimes ne cesse de s’alourdir.
Le Quotidien- Agences
Les forces soutenant le président ivoirien reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara ont lancé hier leur plus grande offensive depuis le début de la crise post-électorale, en attaquant la ville de Duékoué, carrefour stratégique de l’ouest du pays.
Les combattants pro-Ouattara, qui progressent dans l’Ouest frontalier du Liberia depuis fin février, affrontaient toujours en milieu de matinée l’armée fidèle au président sortant Laurent Gbagbo, appuyée par des miliciens, qui tiennent l’agglomération.
Ces combats, quatre mois exactement après le scrutin contesté du 28 novembre, interviennent au moment où la situation humanitaire ne cesse de se dégrader, avec selon l’ONU près d’un million de déplacés.
«Nous avons engagé les hostilités pour sécuriser le Grand Ouest, en particulier Duékoué et Guiglo (à une trentaine de km au Sud-Ouest), où des miliciens sèment la terreur», a indiqué à l’AFP le porte-parole militaire des Forces républicaines (pro-Ouattara), Seydou Ouattara.
Les Forces républicaines, qui regroupent essentiellement des ex-rebelles des Forces nouvelles (FN) contrôlant le Nord depuis leur putsch manqué de 2002, ont attaqué sur plusieurs axes Duékoué, située à une quarantaine de kilomètres au Sud de l’ex-ligne de front de 2002-2003.
«Nos positions ont été attaquées par des rebelles sur la base située à l’entrée ouest de Duékoué», a confirmé à l’AFP un militaire des Forces de défense et de sécurité (FDS) loyales au président sortant.
«Les tirs venaient de partout, on avait l’impression d’avoir été encerclés. Nous avons réussi un repli tactique (depuis la base située à l’entrée Ouest de la ville). Mais nous comptons deux morts, dont le chef de compagnie, et trois blessés», a-t-il indiqué.
La ville constitue un important carrefour de l’Ouest ivoirien: la route de l’Est mène à la capitale politique Yamoussoukro et celle du Sud au port de San Pedro, plus grand port d’exportation de cacao au monde, dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial.
Les forces pro-Ouattara ont pris cinq localités depuis fin février dans l’Ouest, où les combats provoquent d’importants déplacements de population.
Fuite
Plus de 90.000 Ivoiriens se sont réfugiés au Liberia depuis le début de la crise, dont plus de la moitié depuis fin février.
Les violences depuis le début de la crise post-électorale ont déjà fait 462 morts, essentiellement des civils, selon l’ONU. Mais selon le camp Ouattara, le bilan est beaucoup plus lourd: au moins 832 morts.
Outre les combattants pro-Ouattara et les FDS et miliciens pro-Gbagbo, plusieurs centaines de «mercenaires libériens» opèrent dans la région de Guiglo, qui «pillent, violent et tuent», a dénoncé la semaine dernière le porte-parole du HCR à Abidjan, Jacques Franquin.
«Ils ne sont pas pro-Gbagbo ni pro-Ouattara, ils profitent seulement de la situation», avait indiqué à l’AFP le responsable du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés.
Une issue pacifique paraissait plus lointaine que jamais, Ouattara ayant récusé le haut représentant nommé par l’Union africaine, l’ex-ministre cap-verdien des Affaires étrangères José Brito, censé engager des négociations entre les deux camps.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com