Oman – Tunisie : Utile, malgré tout…





Match amical - Stade Mascat (14H00)
Les Aigles de Carthage ne chôment pas. Ils disputent ce soir, face à Oman, un test amical qui suscite
des réactions diverses.
C’est que ce match, programmé il est vrai depuis plusieurs mois, survient à un moment délicat. Le championnat local est encore à l’arrêt depuis presque trois mois et ce test tombe alors que les principaux pourvoyeurs de l’EN (ESS, CA et EST) s’apprêtent à faire des déplacements difficiles pour disputer les matches retour de la compétition africaine. Une polémique s’est installée, par la faute de Sami Trabelsi qui a omis de consulter ses collègues dans ces trois clubs, pour finalement céder la place à des «arrangements» qui auraient pu être conclus dès le début.
Les convictions de Trabelsi
Ce match, contre Oman, constitue également une première prise de contact entre les professionnels en Europe et le nouveau staff technique. Sami Trabelsi connaît déjà ces joueurs qu’il a côtoyés alors qu’il était l’adjoint de Faouzi Benzarti. Cette fois-ci, c’est dans l’habit de sélectionneur qu’il aura à les accueillir et c’est beaucoup plus différent. Après le succès des Tunisiens au CHAN 2011 avec des joueurs locaux, beaucoup de mauvaises langues ne cessent d’encourager à ne plus compter sur les joueurs des championnats européens.
Fort heureusement, Trabelsi a su répondre à ces appels à sa manière et il a convoqué six joueurs qui avaient l’habitude d’être là et qui ont souvent porté le maillot national (Jemâa, Ben Khalfallah, Hagui, Jmel, Alaguiet Chermiti).
Leur présence sera très importante car ils auront à encadrer de jeunes coéquipiers qui font leurs premiers pas avec l’EN ou quelques anciens qui ont déjà joué en Europe (Chedli, Traori...). Cet amalgame pourrait nous valoir l’éclosion d’une équipe capable de se rattraper en éliminatoires de la CAN 2012 et de réaliser les futurs objectifs tracés dont, essentiellement, la qualification au Mondial 2014 au Brésil.
Bien entendu, l’entente ne sera pas le point fort d’un ensemble réuni dans des conditions particulières, mais il y aura d’autres aspects de jeu à soigner et des schémas tactiques à exécuter.
Sami Trabelsi, fidèle au 4-2-3-1 qui lui a réussi au Soudan, va sûrement opter pour ce même dispositif, et c’est aux joueurs sur place de s’y adapter et c’est à ce niveau que le staff technique aura des enseignements très édifiants quel que soit le nom de l’adversaire. A propos, le onze omanais ne manque pas de métier ni de talent et il sera difficile à dompter devant son public. Là, on mesurera la force mentale des nouveaux joueurs qui prendront part à cette rencontre.

K.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com