Parti de la Gauche Moderne : La formation de gauche qui ne croit pas à la lutte des classes





Fondé fin janvier dernier, le Parti de la Gauche Moderne défend un libéralisme social, attentif par ses régulations à la concrétisation des principes de la justice et de l’égalité.
Né de la dernière couvée révolutionnaire, le Parti de la Gauche Moderne (PGM) se revendique à la fois de la gauche et du libéralisme. Cette formation légalisée le 18 mars est, en réalité, un pendant tunisien de La Gauche moderne (LGM) française, un mouvement politique fondé par Jean-Marie Bockel, ancien membre du Parti socialiste français et ancien secrétaire d’Etat à la Justice. A l’instar de cette formation française créée en 2008 et qui compte déjà des sénateurs et des conseillers municipaux, le Parti de la Gauche Moderne tunisien se réclame du centre-gauche et du social-libéral. «Nous avons fondé ce parti en nous basant sur le référentiel de la gauche qui défend les opprimés et les gens laissés au bord de la route, mais en rompant avec le concept de la lutte des classes et en intégrantsles exigences de la mondialisation rampante et de l’économie de marché, qui sont devenues incontournables», explique Faycel Zemni, fondateur du parti. Et d’ajouter : «Nous cherchons à instituer une politique pragmatique, attentive aux résultats, à ce qui marche et à ce qui répond à la demande sociale».
Mutations internationales
En d’autres termes, le parti note, dans son manifeste, qu’il se démarque de la gauche traditionnelle qui fonde toute son action sur la logique d’une confrontation entre la classe ouvrière d’une part et le capital de l’autre. D’autant plus que cette logique de confrontation n’est pas transposable, selon les fondateurs du parti, dans la société tunisienne. «Nous croyons dur comme fer que les thèses défendues par la gauche traditionnelle sont devenues désuètes. Ces thèses représentent même une sérieuse menace pour l’économie nationale, laquelle ne peut plus renoncer à l’esprit d’ouverture sur l’économie mondiale. C’est pourquoi notre parti a pris en compte les nouvelles mutations à l’échelle nationale et internationale pour aboutir à un juste équilibre entre les intérêts des entreprises et les droits sociaux de la masse ouvrière», indique M. Zemni.
Partage des richesses
Dans son programme, le PGM note qu’il défend une économie de marché solidaire ainsi qu’un libéralisme social, attentif par ses régulations à la concrétisation des principes de la justice et de l’égalité. Le parti militera concrètement pour l’encouragement de l’initiative privée et en même temps pour un partage équitable des richesses, à même de réduire les inégalités entre les classes sociales.
Il plaide également pour la préservation des principes républicains garants des libertés sociales, politiques, économiques et religieuses.
D’autre part, le PGM entend militer pour améliorer les conditions de travail des salariés dans un cadre qui permet la prospérité des entreprises.
Au plan politique, le parti défend la liberté d’expression, le développement du rôle de contre-pouvoir de la société civile et le respect des libertés individuelles et publiques.
Walid KHEFIFI


Le comité constitutif du PGM
Faycel Zemni: président (avocat)
Mohamed Néjib Zemni: vice-président (avocat)
Abdelkarim Moumni: trésorier (fonctionnaire)
Essifi Hamdène: secrétaire général (ingénieur)
Ajmi Ben Farhat: secrétaire général adjoint (fonctionnaire)


Qui est Faycel Zemni ?
Né en juillet 1962 à Nabeul, Faycel Zemni est membre de plusieurs organisations non-gouvernementales, dont la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LTDH) et la section tunisienne d’Amnesty International. Avocat à la cour de cassation de profession, M. Zemni s’est présenté aux législatives de 1994 dans la circonscription de Nabeul sous les couleurs du Mouvement Ettajdid (ex-Parti Communiste Tunisien) avant de rejoindre l’Union Démocratique Unioniste (UDU, nationalisme arabe). En 2005, il a quitté l’UDU pour fonder un parti baptisé La gauche Unioniste qui n’a jamais obtenu un visa légal.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com