Transition démocratique : Le «scrutin de listes» aurait le vent en poupe





Les dés ne sont certes pas encore jetés concernant la décision de l’Instance supérieure pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique sur le mode de scrutin pour les élections du 24 juillet prochain. Les membres de la commission des experts attendent la fermeture définitive de la liste des membres pour entamer l’opération de votes sur les projets de Décret-loi de ces élections. Ce qui serait fait d’ici le début de la semaine prochaine. Toutefois, une tendance majoritaire se profile déjà pour le scrutin proportionnel de listes à plus forte moyenne. Quelques voix seulement ont défendu durant la séance d’hier le scrutin uninominal.
Explications
L’expert Chafik Sarsar a présenté hier, rétroprojecteur à l’appui, des explications sur les modes de scrutin, donnant les définitions du mode de scrutin uninominal, de liste, etc. Il a donné à chaque fois des exemples pour éclairer ses propos. Il a même utilisé des exemples pour expliciter les différences entre le scrutin proportionnel de listes à plus forte moyenne et celui à plus grand reste. Il a promis de mettre ces explications sur le site de la commission. Il a ensuite développé une analyse sur les avantages et les inconvénients de chaque mode de scrutin.
M. Sarsar a souligné qu’il existe des dizaines de modes de scrutin mais «ces variétés se regroupent en quatre grandes familles : majoritaire, proportionnel, mixte et les autres». Il a précisé que «chacun de ces modes peut se présenter sous la forme uninominale ou de liste, en un ou deux tours», tout en rappelant l’adage courant «on choisit au premier tour, on élimine au deuxième» pour signifier que «l’on ne choisit pas celui qu’on veut systématiquement dans des élections. On élimine plutôt celui qu’on ne veut pas».
Tendances
Il ressort de ces explications et des commentaires qui ont suivi que le mode de scrutin proportionnel de liste à plus forte moyenne a conquis une bonne proportion des membres du Conseil de réalisation des objectifs de la révolution. Ce ne sont pas uniquement les partis qui le défendent. Il y a même des indépendants qui prônent cette option pour éviter les risques de «personnification et du retour des grosses fortunes en appliquant un scrutin uninominal qui éliminerait aussi les jeunes et les femmes».
D’autres remarques ont été soulevées comme, celles de Mme Zouhour Kourda concernant la parité (homme – femme) qu’elle considère «antidémocratique» et «nuisant aux principes de la compétence et de l’égalité».
Les discussions se poursuivront lundi. Des sources proches de l’Instance affirment que «les membres procéderaient éventuellement aux premiers votes lors de la séance du lundi ».
Mourad SELLAMI
Lors d’un point de presse tenu hier au siège du gouvernement à La Kasbah, M.Jalloul Ayed, ministre des finances, a dévoilé le programme économique et social élaboré par le gouvernement de transition.
Les débats au sein du Conseil de réalisation des objectifs de la révolution ont laissé prévaloir une tendance majoritaire favorable au scrutin proportionnel de listes à la plus forte moyenne.
Caïd Essebsi mardi
devant l’Instance
Des sources proches de la Commission de réalisation des objectifs de la révolution ont fait circuler une information affirmant que «le Premier ministre, Béji Caïd Essebsi viendra mardi prochain à 10h30 pour fournir des explications aux interrogations des membres sur plusieurs questions d’ordre politique».


M.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com