Syndicat professionnel des producteurs cinéma : «On n’a pas besoin de subvention, laissez-nous travailler»





Une conférence de presse a été tenue hier dans la banlieue nord de Tunis pour annoncer la création d’un syndicat professionnel des producteurs cinéma indépendant…
Dans le cadre très spécial de la Villa Didon, le nouveau syndicat professionnel des producteurs cinéma a tenu sa première conférence de presse. Cette rencontre avec les représentants des médias tunisiens avait pour finalité la présentation de ce nouvel organe syndical et défendre le patron de Quinta Communication, Tarek Ben Ammar, qui était représenté par le directeur général de ses laboratoires, Nabil Kila.
Dans son intervention, Nabil Kila a exprimé son étonnement face à cette campagne de dénigrement menée avec acharnement contre l’un des producteurs tunisiens, pour ne pas dire le seul cinéaste, à avoir acquis la notoriété internationale, la qualifiant d’«injustifiée».
«Il y a une grande volonté de faire avancer la production cinématographique en Tunisie», a précisé Nabil Kila.
Il a promis, dans ce sens, l’ouverture, dans les mois à venir, de dix salles de cinéma dont une à Sidi Bouzid. Elles seront aussi d’un grand standing.
L’ambition de ce nouveau syndicat, qui vient de présenter ses projets futurs, sera concrétisée par la production dans les jours qui viennent de trois courts métrages par de jeunes réalisateurs et un long métrage de Nasr Eddin Shili via Carthago Production. En outre, plusieurs conventions avec des syndicats en Italie, Espagne et France sont envisagées.
Concernant le nouveau projet du film sur Mohamed Bouazizi, le producteur a déclaré que le scénario est en phase d’écriture par Mohamed Zran et il sera fin prêt vers la fin de 2011. Déterminé à aller jusqu’au bout, «on n’a pas besoin de subvention, juste laissez-nous travailler», affirme le président du Syndicat professionnel des producteurs cinéma.
Accompagné du représentant du syndicat de base des techniciens du cinéma et de l’audio-visuel, Moncef Fehri (président du syndicat), le président du nouveau syndicat, Nabil Kila, a assuré que ce syndicat «s’intéressera à la situation des techniciens qui opèrent dans le secteur» et dans ce cadre un compromis sera bientôt appliqué pour la régularisation de la situation de cette catégorie d’employés marginalisés.
Dans le même cadre, Moncef Fehri, président syndicat de base des techniciens du cinéma et de l’audiovisuel, a formulé le vœu de coopérer avec cette nouvelle organisation afin de trouver un terrain d’entente pour le bien des techniciens qui constituent le pilier de la production cinématographique. A son tour, le porte-parole des techniciens a exprimé sa désolation de la campagne dont a été victime Tarek Ben Ammar et son entreprise Quinta communication, qui gère les laboratoires de Gammarth.
Un nouvel édifice qui ne peut qu’enrichir le paysage audiovisuel en Tunisie et défendre les intérêts des producteurs, mais à condition d’être sincère et crédible.


Mohamed M’DALLA


Le comité directeur
fondateur du syndicat
Président : Nabil Kila
1er Vice-président : Mohamed Hammami
2e Vice-président : Khalaf Tabbassi
Secrétaire général : Amor Naggazi
Trésorier : Sofien Rebeî
Membre :Hassin Khlifi
Membre : Adli Takya




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com