Un tir groupé est dans les cordes





Continuant sur sa lancée, le football tunisien s’apprête à vivre un week-end heureux avec les matches retour des deux coupes africaines des clubs...
C’est au Caire que le suspense risque d’être total. Les Clubistes tunisiens ont pris une option pour passer le tour face au Zamalek, mais cette marge de deux buts semble à la fois suffisante et récupérable. Le match s’annonce très dur sur un terrain où l’ambiance sera favorable aux Egyptiens, habitués aux exploits dans les diverses compétitions africaines. Les gars de Kaïs Yaâcoubi sont avertis et ils vont devoir oublier l’avantage pris à Radès et ne pas dormir sur leurs lauriers. A entendre le coach et ses joueurs avant de mettre le cap sur Le Caire, on comprend leur détermination et leur intention de tout mettre en œuvre afin d’assurer leur qualification. Mentalement, les Clubistes sont prêts et ils savent déjà ce qu’ils auront à faire selon les tournures du match comme l’affirme Lotfi Rouissi, l’un des membres du staff technique: «Le match sera dur pour les deux équipes, mais je suis persuadé que tout se jouera en première mi-temps. Si, au bout des quarante-cinq minutes initiales, rien ne change au score, c’est que tout va bien et la qualification ne nous échappera pas»... C’est dire que le C.A. ne jouera pas la prudence excessive et prendra des risques calculés, comme l’a déjà prévu Yaâcoubi.
En cette même Ligue des champions, la tâche de l’E.S.T. ressemble beaucoup plus à une formalité. Au Bénin, les Sang et Or vont chercher à ajouter une autre victoire à leur palmarès africain. Pas de soucis, en principe, à une Espérance qui a tout remis en ordre dès le match aller face à un adversaire très naïf qui risque encore de sombrer à domicile. Nabil Maâloul ne veut pas prendre les choses à la légère: «Oui, nous avons fait l’essentiel à l’aller, mais j’aime tant voir mes joueurs aborder le match avec sérieux et confirmer leur nette supériorité en alignant une nouvelle victoire».
L’Etoile sur ses gardes
En coupe de la CAF, le défi est aussi important qu’en Ligue des champions. L’Etoile du Sahel aura à négocier un mach plus ou moins délicat au Ghana. L’adversaire n’est autre que Ashanti Gold, une équipe habituée aux grandes batailles africaines, et l’importante marge prise à Sousse doit être parfaitement gérée. Il est vrai que le plus dur a été fait et que l’écart de trois buts sans en encaisser à domicile est une avance parfaite, mais lorsqu’on dispute un match dans une ambiance aussi électrique comme celle du stade d’Obuasi, toutes les précautions doivent être prises. Mondher Kbaïer en est conscient: «Logiquement, nous devons nous en sortir, mais la prudence et la concentration totale doivent être de mise. Nous sommes confiants, nous avons tout prévu pour ce match, et nous ne chercherons pas uniquement nous défendre, car il sera très important de marquer un but chez l’adversaire qui anéantira toutes ses chances. L’équipe est prête à ce rendez-vous et je lui fait totale confiance».
Pour les Béjaois, la tâche s’annonce plus délicate. Au Maroc, l’avantage de deux buts ne sera pas facilement gérable, mais tout dépendra de la capacité de l’Olympique à bien se comporter en déplacement. Le manque d’expérience de certains éléments suscite un peu d’inquiétude, mais l’équipe dispose déjà d’une marge importante et nous osons croire qu’elle part avec de réelles chances pour passer le tour.
Le football tunisien se porte bien depuis la révolution malgré l’arrêt de la compétition qui a empêché nos équipes de faire une meilleure préparation, et tant que le cœur y est, on peut s’attendre à un beau tir groupé qui permettra d’aborder les prochains tours avec le maximum d’atouts.


Kamel ZAIEM




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com