Du côté clubiste : Détermination à toute épreuve





Le Club Africain foulera tout à l’heure la pelouse du stade international du Caire avec pour unique objectif de contrecarrer le Zamalek et de ramener une qualification à la maison.
Le Club Africain a gagné la première manche, mais il ne s’est pas mis à l’abri et va devoir faire preuve de concentration et d’application pour sortir du guêpier cairote.
C’est dans cet ordre d’idées que le staff technique clubiste a décortiqué le match aller. Tout a été passé en revue, tout a été analysé. Rien n’a été laissé au hasard au point que l’entraîneur clubiste Kaïs Yaâcoubi a affirmé «J’ai appris ce match par cœur. Il défile encore dans ma tête».
Pourtant, en dépit de la rudesse de la tâche et de l’enjeu de cette rencontre qui entre dans le cadre de la ligue des champions, c’est-à-dire l’unique compétition que l’équipe de Bab Jédid peut encore se mettre sous la dent cette saison, aucune préparation spéciale n’a été effectuée. Youssef Mouihbi, l’un des meilleurs joueurs du match aller explique: «Il n’y a aucune raison de se mettre une pression supplémentaire sur les épaules. Un stage bloqué aurait pu avoir un impact contraire à celui qu’on chercherait. Par contre, nous avons fait les choses comme d’habitude. C’est un match comme les autres et on fera en sorte d’être égaux à nous-mêmes».
Et d’ajouter «Rien que le fait de jouer dans un stade plein est galvanisant et c’est un cadre auquel nous sommes habitués et dans lequel nous nous complaisons. Nous sommes habitués à jouer dans des stades pleins et bruyants».
Prudence, vaillance et audace
Les péripéties du match de Radès sont encore vivaces. Ce jour-là, le CA est passé à côté d’une large victoire qui lui aurait assuré la qualification à Tunis-même. Si cela n’a pas pu être réalisé, c’est en grande partie en raison des errements défensifs.
Deux buts encaissés sur des balles arrêtées à des moments délicats du match. N’eut été la force de caractère du groupe, la situation aurait été encore plus compliquée.
C’est pour cette raison que le coach Kaïs Yaâcoubi a accordé une importance particulière au travail défensif, au placement et replacement et aux balles arrêtées.
C’est que l’on s’attend à voir le Zamalek assiéger le camp clubiste, notamment lors des premières minutes. Abordant ce sujet, Yaâcoubi précise: «Au match aller, le groupe a eu des moments de déconcentration pénalisants. Nous les avons payés cash et au Caire des consignes ont été données à tout le monde pour participer au jeu défensif».
Certes, on dit que la prudence est mère de sûreté, mais Kais Yaâcoubi est contre les excès. Et d’expliquer: «Etre prudent ne veut pas dire que nous allons nous contenter de regarder notre adversaire jouer. Au stade du Caire, nous allons fouler la pelouse comme si nous avions perdu à Tunis par 1-0. Nous allons faire en sorte de ne pas subir le jeu. Les joueurs sont prêts à tous les niveaux: public, éventuelles provocations, arbitres etc. La configuration du match est difficile, mais elle présente également des ouvertures favorables. C’est à nous d’en tirer profit».
Pour ce qui est de l’équipe qui sera alignée, elle devrait ressembler, à un élément près, à celle du match aller. La seule incertitude concerne l’axe central où Khechache est encore en ballottage avec le jeune Mehdi Ressaissi.
Pour le reste, Kais Yaâcoubi devrait faire confiance aux mêmes joueurs qui ont bien négocié la manche aller, car ce qu’il faut savoir, c’est que marquer 4 buts à un quintuple champion d’Afrique n’est pas une mince affaire.
Formation probable
Sami Nefzi — Khaled Souissi – Mehdi Ressaissi — Seif Akremi — Bilel Iffa – Wissem Ben Yahia — Karim Aouadhi — Alexis Mendomo — Youssef Mouihbi — Zouhaier Dhaouadi — Ézéchiel Ndouassel.


A.S.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com