Côte d’Ivoire : Ouattara lance l’assaut final sur Abidjan





Les forces d’Alassane Ouattara ont lancé hier une offensive contre les troupes de son rival Laurent Gbagbo repliées sur leurs derniers bastions à Abidjan.
Le Quotidien-Agences
L’«offensive» des forces du président ivoirien reconnu par la communauté internationale contre les derniers bastions tenus à Abidjan par le président sortant Laurent Gbagbo a été lancée hier, a affirmé à l’AFP le porte-parole de Guillaume Soro, Premier ministre de Ouattara.
Hier «à 15h00 (heure de Paris), les mouvements ont commencé à travers quatre grands corridors. Nous sécurisons pendant notre passage. L’objectif, c’est de converger vers le Plateau (Centre) et Cocody (Nord). C’est l’offensive qui est lancée», a ajouté le porte-parole, Sidiki Konaté.
L’offensive «devrait connaître une accélération dans les heures qui viennent», a-t-il assuré. «On avance tranquillement».
Le quartier administratif du Plateau accueille le palais présidentiel et Cocody la résidence officielle de Laurent Gbagbo.
Depuis le quartier du Plateau, des détonations d’armes lourdes pouvaient être entendues.
Interrogé sur les regroupements en cours de Français, décidés par Paris, le porte-parole a répondu: «On ne veut gêner personne. On peut faire l’offensive tout en permettant à la France d’aller prendre ses populations».
Calme relatif
La matinée a été relativement calme à Abidjan où seuls quelques tirs sporadiques d’arme lourde ont été entendus. Dans le quartier du Plateau quelques tirs étaient entendus au loin. Des jeunes femmes et enfants se hasardaient dans les rues désertes pour aller chercher de l’eau, plusieurs secteurs subissant des coupures, a constaté l’AFP.
A Cocody, même constat: «On a bien dormi. On n’a pas entendu grand chose à part quelques tirs sporadiques», selon un habitant, joint au téléphone.
«Ce n’était pas des échanges de tirs en tout cas. Mais on a toujours peur de sortir», a ajouté un autre résident.
Dans le quartier populaire de Treichville (Dud), «la nuit a été calme. Ce (hier) matin, les gens font le rang devant les rares habitations où il y a des puits pour avoir un peu d’eau parce que depuis samedi, on n’a pas d’eau ici. Devant les boulangeries aussi, c’est le même spectacle», selon un résident.
Harcèlement
Un peu plus tôt, Guillaume Soro, Premier ministre de Ouattara annonce que la situation est «désormais mûre» pour une offensive «rapide».
«La stratégie était d’encercler la ville d’Abidjan. Nous avons envoyé des soldats à l’intérieur de la ville pour faire du harcèlement des troupes pro-Gbagbo, des miliciens et mercenaires», a-t-il indiqué avant-hier soir sur la télévision du camp Ouattara, la TCI.
Repliées sur leurs derniers bastions, les troupes du président sortant Laurent Gbagbo, qui refuse toujours de démissionner ou de s’exiler, opposent une résistance farouche, disposant notamment de véhicules blindés et d’artillerie lourde.
Sur la question des violations des droits de l’homme, la région très troublée de l’Ouest suscitait toujours de grandes inquiétudes.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com