Réaménagement du Lac sud de Tunis/ Démarrage des travaux dans une année





Relancé dernièrement dans le cadre de la révision du schéma de réaménagement de la ville de Tunis, le projet de restauration du lac sud de la capitale fait l’objet actuellement d’une étude. L’accélération des différentes formalités se poursuit à pas de géant et le démarrage des travaux est prévu dans quelques mois. Tunis - Le Quotidien L’exécution du projet d’aménagement du Lac sud de la capitale sera entamée prochainement puisqu’un appel d’offres sera lancé dans les jours à venir en vue du démarrage de la deuxième phase de ce projet. Les travaux de cette phase qui seront consacrés à l’aménagement et à la commercialisation des espaces fonciers situés sur les Berges du Lac devraient démarrer dans un délai d’une année, selon une source digne de foi au sein du ministère de l’Equipement. D’ores et déjà, un autre appel d’offres a été lancé en vue du montage institutionnel et financier du projet et une étude déterminera prochainement le montant de l’aménagement. Cette étude définira les critères, les conditions et les modalités en référence à l’expérience de la société de promotion du lac de Tunis (SPLT) en matière d’aménagement et de commercialisation. Outre les terrains qui seront consacrés aux grandes infrastructures, l’aménagement du Lac sud portera sur une superficie de 683 hectares. Près de 269 ha seront consacrés à la construction des quartiers urbains, contre 54 ha aux grands équipements. Dans le cadre du schéma d’aménagement du Lac Sud, il est également prévu des zones d’activité non polluantes de 86 ha. * Des espaces verts au menu Dans le cadre de ce même plan d’aménagement du Lac Sud, 274 ha seront consacrés aux espaces verts. Les surfaces qui seront réservées à la fonction résidentielle devraient abriter à terme 120.000 habitants. Outre la Cité résidentielle, la reconversion du Port de Tunis en port de plaisance constitue l’autre composante du projet de réaménagement du Lac Sud. Les deux autres principaux aspects de sous-projet sont relatifs à la transformation du plan d'eau en port de plaisance et l’aménagement des terre-pleins. Une étude des besoins en place d’accostages pour ses différents segments (bateaux de passage, grande plaisance) a estimé la demande à un total de 710 places à l’horizon 2010, avec une demande, en première phase d’environ 250 places. L’aménagement du linéaire d’accostage qui constitue aussi une autre composante du réaménagement du port de plaisance s’étend sur 3000 mètres répartis sur tout le bassin du port qui couvre 50 ha. Dans la même lignée, il est prévu aussi un aménagement des terre-pleins et des terrains nécessaires seront consacrés aux grandes infrastructures. Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com