Zoom sur le quotidien des voleurs : Peuple meurtri, aux Trabelsi la belle vie





Au moment où la vie des Tunisiens est en passe de se transformer en cauchemar à cause de l’insécurité et de l’anarchie, les Trabelsi et les Ben Ali se la coulent douce même dans leurs lieux de détention.
En Arabie Saoudite, Leila Trabelsi accompagne tous les jours son fils Mohamed Zine El Abidine Ben Ali dans une école internationale à Djedda. Quant à Halima Ben Ali, elle fréquente l’un des salons de coiffure les plus prestigieux de la ville.
Leila mène une vie de princesse dans le palais royal mis à sa disposition par les autorités saoudiennes. Alors que le président déserteur passe son temps à délirer et fait la navette entre le palais et l’hôpital royal de Djedda.
A Sidi Bou Said, Cyrine Ben Ali a repris sa vie dans sa villa alors qu’elle est frappée par une décision judiciaire de saisie de ses biens.
Les filles de Ben Ali de sa première femme Naima Kefi ont repris également leur train-train quotidien. A cet effet, l’épouse de Belhassen Trabelsi, la fille de l’homme d’affaires Hédi Jilani et ses deux enfants sont rentrés du Canada à bord d’un avion appartenant à la flotte de la compagnie de l’homme d’affaires Aziz Miled.
Alors que Dorsaf, l’épouse de Slim Chiboub est en train de restaurer sa villa saccagée au lendemain de la révolution. A cet effet, elle a recruté un décorateur italien pour accomplir cette tâche.
Il est à rappeler que les trois filles de Ben Ali de son premier mariage ont légué leurs biens immobiliers à leur mère Mme Naima Kéfi pour échapper aux poursuites judiciaires.
Imed et les autres membres de sa famille arrêtés au lendemain de la révolution jouissent, par ailleurs, d’un traitement de faveur dans leur lieu de détention. Ils ont le droit d’appeler et de recevoir les appels téléphoniques.
En outre, Kais Morjane, le fils de Kamel Morjane, a ouvert le premier magasin d’une grande chaîne commerciale à Sousse.


Habib Missaoui




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com