Vu en France : Restreindre l’immigration légale





De notre correspondant permanent, François Bécet
Moins de travailleurs étrangers, voilà ce que veut Claude Guéant. Une décision qui n’a rien d’économique, mais qui est avant tout électoraliste.
Après le débat sur l’Islam, l’immigration légale. La défaite aux cantonales n’aura pas fait bouger Nicolas Sarkozy d’un pouce: la chasse sur les terres du FN continue et s’amplifie. Dans une interview à paraître aujourd’hui dans Le Figaro magazine, Claude Guéant, à la fois éminence grise et porte-voix du président, ne s’en cache pas: « Le Front national n’apporte aucune réponse crédible aux préoccupations des Français. Des électeurs se tournent vers lui car ils considèrent que les autres partis les ont déçus. C’est compréhensible et je serais heureux que les partis de la majorité ramènent vers eux ces déçus qui ont exprimé leur exaspération et leur déception». Pour cela, estime le ministre de l’Intérieur, «il faut gouverner à l’écoute des Français». Et ce qu’il entend, ce sont surtout les Français qui trouvent qu’il y a trop d’immigrés, qu’ils soient légaux ou illégaux. Alors, il va s’attaquer à l’immigration légale : «J’ai demandé à ce que l’on réduise le nombre de personnes admises au titre de l’immigration du travail (20 000 par an). Et nous allons continuer à réduire le nombre d’étrangers venant en France au titre du regroupement familial (15.000)». Le ministre, refrain connu, estime que nous sommes bien plus généreux que nos voisins…
On pourrait penser que la décision du tandem Sarkozy-Guéant est juste au moment où la France n’arrive pas à faire baisser le nombre de ses chômeurs de façon significative. C’est d’ailleurs ce qu’a dit Eric Besson hier sur BFMTV : «Aujourd’hui, notre marché du travail ne génère pas assez de créations d’emplois potentiels». Le centriste Hervé Morin est du même avis tout en regrettant «le contexte, le contexte qui amène à l’amalgame». Secrétaire d’Etat à la Fonction publique, Georges Tron a une analyse bien particulière. Il assure que le propos de Claude Guéant n’a «rien d’agressif» contrairement au «discours d’exclusion» du FN. Est-ce une manière de reconnaître que l’UMP et le FN sont finalement d’accord mais que le Mouvement populaire sait y mettre les formes?
Jean-Marie puis Marine Le Pen parlaient d’UMPS, demain le PS ne devra-t-il pas évoquer un UMPFN? Les Socialistes dénoncent en chœur cette nouvelle «provocation» du ministre de l’Intérieur et, pour sa part, Laurent Fabius déplore «une vision rabougrie de la France».
Après 2015…
Dans plusieurs études et rapports, l’Onu a mis en garde l’Europe contre une politique d’immigration trop restrictive qui se traduirait à terme par une diminution de ses richesses et une baisse de sa population. En France, la situation est meilleure que dans d’autres pays et c’est sur ce fait que s’appuie Guéant. Selon une analyse du Centre d’analyse stratégique en 2006, notre pays «n’aura pas besoin, dans les dix ans qui viennent, d’un recours systématique à l’immigration de main d’œuvre. En raison du taux de fécondité record en Europe et aussi du solde migratoire qui a augmenté au cours des dernières années. Les étrangers admis en France pour d’autres motifs que le travail ont aussi le droit d’occuper un emploi. Au final, près de 100.000 étrangers entreraient chaque année sur le marché du travail».
Mais la baisse de l’immigration ne peut être que temporaire et limitée – d’où le caractère très politique et électoraliste de l’annonce de Guéant — car toutes les études s’accordent à dire que La France doit déjà faire face à une pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs et qu’à partir de là, la situation s’aggravera notamment dans le BTP ou dans les services pour des emplois non qualifiés. Les immigrés n’entrent que rarement en concurrence avec les nationaux. On est loin de la préférence nationale chère au FN et dont l’UMP se rapproche.
L’Institut national des études démographiques et l’Insee estiment que 80.000 travailleurs par an feront défaut à la France à partir de 2025. D’autres études, réalisées par des Socialiste citent des chiffres encore plus élevés vers 2040.
Pour l’heure, il ne s’agit pas vraiment de démographie, de travail ou de création de richesses, ni même d’avenir. Sarkozy et Guéant n’ont que 2012 dans leur ligne de mire…


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com