Enda interarabe : Engagement à améliorer les revenus et la qualité de vie





Depuis la révolution, l’association Enda interarabe a subventionné plus de 8000 nouveaux clients par le biais des microcrédits à travers 65 antennes situées dans les quatre coins du pays.
«Depuis le 14 janvier, nous avons été plus présents sur le terrain pour être à l’écoute de nos clients afin d’assurer la survie et la pérennité de leurs projets. Nous voulons accroître notre réseau de travail pour contribuer au développement régional surtout au niveau des zones rurales et défavorisées», souligne Mme Asma Ben Hamida, secrétaire générale de l’association Enda interarabe. Et d’ajouter: «Après 20 de travail sur le marché tunisien et plus de 800 employés au sein de notre organe, nous avons réussi à subventionner 160 mille microprojets. Les microcrédits deviennent de plus en plus une aubaine pour les personnes à faible revenu pour garantir une source de revenus stables. Et ceci nous incite à travailler davantage pour multiplier nos services et améliorer la situation sociale de plusieurs familles nécessiteuses. Dans cette même optique, nous avons mis en place six nouveaux bureaux Enda (Ben Guerdane, Tataouine, Sbeitla, Mjez El Bab, Zarzis et Makthar) et nous comptons créer plus de 300 nouveaux postes d’emploi au sein de notre association, soit 1100 employés à la fin de l’année. D’autre part, nous sommes en train d’étudier la possibilité de changer notre statut d’une ONG en une institution financière de microcrédits».
La conférence de presse a été l’occasion de dévoiler la feuille de route de l’association à cette étape transitoire. Prenant la parole à son tour, M. Mohamed Zmander, directeur du département crédit, a indiqué que Enda interarabe cible les microentrepreneurs, notamment les femmes, les petits agriculteurs et les familles à faible revenu vivant dans les quartiers populaires et les zones rurales, qui sont exclus du système financier classique. Et de renchérir: «Suite à nos analyses des dégâts engendrés par les événements en Tunisie et en Libye et leur impact sur nos clients nous avons constaté que 30% des microentrepreneurs ont été touchés par la crise. Pour venir en aide à ses clients, Enda a pris les mesures suivantes: rééchelonnement des crédits et prise en compte de la capacité de remboursement des clients, le refinancement des microprojets pour les pourvoir en liquidités, une période de grâce allant jusqu’à trois mois à partir du 14 janvier 2011 et des crédits spécifiques pour relancer les projets dédommagés».
Tunisiens de retour de Libye
Par ailleurs, et s’agissant d’un thème qui ne cesse d’alimenter le débat, la question des Tunisiens qui ont perdu leur travail en Libye a été un thème longuement débattu au cours de ce point de presse. Mme Ben Hamida a affirmé que suite à une demande du ministère des Affaires Sociales et en collaboration avec l’Office des Tunisiens à l’Etranger, Enda a commencé un nouveau programme de microcrédits intitulé Watani, pour permettre à ceux qui ont perdu leur source de revenu en Libye de s’installer en Tunisie et créer des activités génératrices de revenus, afin de faciliter leur intégration dans la vie économique et sociale. Elle abonde dans ce sens: «2000 Tunisiens revenus de Libye ont bénéficié de nos crédits. Nous voulons faciliter l’intégration de ces gens dans la sphère économique tunisienne et garantir une source d’emploi à chacun d’entre eux. L’objectif est d’encourager ces Tunisiens à s’installer et à investir dans leur pays. En outre, une étude a révélé qu’un million de personnes auraient besoin de microcrédits en Tunisie. Nous allons continuer de servir toujours plus de personnes en fixant un taux de croissance annuel de 30%».
Il convient de signaler que l’association Enda va lancer, prochainement, un nouveau projet novateur (Mobile Banking) qui permet à ses clients de rembourser leurs prêts par le truchement de la téléphonie mobile.

Walid BOUROUIS


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com