Se dirige-t-on vers la privatisation des clubs ?





Tout un chacun sait que nous nous dirigions dare-dare vers la mise en faillite de la majorité des clubs de football à cause principalement de l’arrêt du championnat. On sait, par ailleurs, que la situation financière de tous les clubs de football en Tunisie est plus que critique. Le football vit essentiellement des aides publiques et dépend en général de l’humeur des mécènes. Sauf, en effet, quatre voire cinq clubs, il n’existe pas une association sportive qui n’a pas vécu une crise financière de nature à menacer son existence. C’est pourquoi, il est impératif aujourd’hui de revoir les formules de financement de notre football et penser sérieusement à la privatisation.
A ce propos, d’éminents spécialistes en la matière envisagent d’organiser à Tunis fin avril 2011, un colloque international pour débattre de ce thème. Les organisateurs comptent s’inspirer de l’expérience italienne, anglaise ou encore espagnole en invitant des responsables de clubs comme l’Inter de Milan, le FC Barcelone et Manchester United.
D’ores et déjà, une première étude réalisée en Tunisie a démontré que le budget des clubs comme le Club Africain ou l’Espérance de Tunis va quadrupler en cas de privatisation. Exemple :
- Club Africain : entre 35 et 40 Millions de dollars
- Espérance sportive de Tunis : entre 40 et 45 Millions de dollars
- Étoile sportive du Sahel : entre 30 et 35 Million de dollars
- Club sportif Sfaxien : entre 25 et 30 Millions de dollars
Ce calcul est fait sur la base du nombre de supporters à chaque match par apport à la population de chaque ville, des sponsors, de la recette publicitaire, des droit TV et de tout ce qui provient des mécènes.

Habib Missaoui


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com