Sit-in pour libérer les journalistes détenus en Libye : Libérez nos confrères!





Un grand nombre de journalistes ont participé hier à un sit-in devant le siège du syndicat des journalistes pour réclamer la libération du confrère tunisien Lotfi Ghars de la chaîne Al Alam TV et du reste de l’équipe de la chaîne qatarie Al Jazeera détenus en Libye.
«Nous tenons à la libération de tous nos confrères détenus en Libye», réclame Lotfi Messaoudi, journaliste d’Al Jazeera libéré récemment par les autorités libyennes. Les journalistes en sit-in ont condamné la lenteur de la réaction du pouvoir libyen qui détient encore trois membres travaillant pour la chaîne qatarie en plus du correspondant de la chaîne Al Alam tv, le Tunisien Lotfi Ghars. La famille du journaliste tunisien est venue dénoncer le silence des autorités tunisiennes face à son cas. Lotfi Ghars souffre de problèmes respiratoires selon ses proches. Lotfi Messaoudi a affirmé qu’ils étaient détenus au même endroit, mais ils ne se sont pas rencontrés. Le correspondant de la chaîne Al Alam tv a bénéficié d’un «soin médical et il est bien traité», explique Lotfi Messaoudi.
Les journalistes en sit-in remercient les Libyens pour avoir libéré l’envoyé spécial de la chaîne Qatarie, et ils demandent que ce geste s’étende au reste des détenus. «On ne remercie pas le régime, mais le peuple libyen frère qui nous a bien traités», confie Messaoudi, entouré de sa famille et des journalistes tunisiens venus soutenir la cause des confrères détenus. Devant le syndicat des journalistes tunisiens, les journalistes sont venus en grand nombre, banderoles en mains. Ils ont manifesté leur mécontentement face à «la chasse aux journalistes» menée par le régime libyen.
Le moral est très affecté
«Durant la période de détention, le moral était très affecté», assure Lotfi Messaoudi. «Le fait d’être loin de sa famille et de son pays était terrible, pourtant les autorités n’exerçaient pas de pression ni physique, ni morale», continue Lotfi. L’équipe détenue par les autorités libyennes connaît les mêmes conditions de détention. Actuellement, tout le monde attend un nouveau geste des Libyens qui tarde à venir.
Le grand rôle de l’ambassade
L’ambassade de Tunisie à Tripoli a joué un grand rôle dans la libération du journaliste tunisien. Zied Heni, représentant du syndicat durant la mission en Libye pour la libération de Messaoudi, a affirmé que le travail de la diplomatie tunisienne a contribué directement au dénouement de la situation. La mission qui attend l’ambassade en Libye est la négociation de la libération du journaliste tunisien Lotfi Ghars.

Ibrahim BOUGOTTAYA


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com