C.A.B. : Toute la vérité sur le déroulement de l’A.G. élective





Véritable citadelle du sport dans le Nord du pays, le CAB reste toujours un point de repère pour le sport tunisien. 
 L’histoire retiendra que le CAB a été le premier club tunisien à offrir à la Tunisie un titre continental sans compter une armada de joueurs ayant porté les couleurs de l’équipe nationale de football à commencer par feu Houcine El Bez en passant par le battant Khaled Guesmi ou encore Hamda Ben Doulet, Hosni Zouaoui, Ghazi Limam jusqu’à la génération actuelle avec à sa tête Farouk Ben Mustapha. C’est dire que le club nordiste reste une référence en matière de formation grâce à une pléiade de techniciens confirmés et qui ont fait leurs preuves partout; je cite: les frères Arbi et Youssef Zouaoui, Mahmoud Ouertani, Mondher Kebaïer, Khamlia et bien d’autres. La citadelle cabiste vient de tourner une page de son histoire pour réécrire une nouvelle page en lettres d’or.
En effet, ce vendredi 8 avril 2011 restera gravé dans la mémoire des Cabistes, et comment, puisque cette date est synonyme des premières élections démocratiques de l’histoire du club. Ces élections ont abouti aux choix du jeune Mehdi Ben Gharbia comme président. Toutefois, cette dé­marche somme toute démocratique n’a pas manqué d’être contestée notamment par le can­didat Abdellatif Turki, elle a aussi été ternie par la décision du vice-président élu, Docteur Ridha Cherif, une démission qui va animer bien des débats même si dans l’absolu on est tenu de respecter cette décision surtout qu’elle a été ar­gumentée par l’intéressé.
C’est donc dans le but d’éclairer la lanterne de nos lecteurs que nous avons pris l’attache des différentes parties concernées par le déroulement de ces élections, tel Maître Taoufik Bouzgarrou, le responsable du déroulement des élections. A ce propos, il faut saluer l’initiative des Cabistes qui ont mis en place toute une commission char­gée des élections et composée de juristes. Nous avons aussi contacté le vice-président démission­naire, docteur Ridha Cherif, tout comme le prési­dent élu Mehdi Ben Gharbia et les candidats Abdellatif Turki et Khaled Terres.
A présent, le club nordiste doit tourner toutes les pages du passé, même celle du déroulement de l’AG du 8 avril 2011 pour entamer une nouvelle page et essayer de stabiliser le navire cabiste, un navire qui jouit toujours de l’estime de tous les vrais sportifs du pays.


Mohamed Ali FERCHICHI



 Réactions 
 Me Taoufik Bouzgarrou 
 «Le comportement de Turki est aberrant»
Afin de tout savoir sur ce qui s’est réellement passé à l’assemblée électorale du CAB, et surtout concernant l’incident évoqué par Turki, «Le Quotidien» a contacté Me Taoufik Bouzgarrou responsable du comité organisateur des élections: «Les élections du président et du vice-président du CAB se sont déroulées sous l’égide d’un comité composé de Mourad Makhlouf (magistrat), Ahmed Kandara (avocat) et moi-même. Nous avons choisi le plus grand hôtel de Bizerte pour tenir ces élections, mais l’assistance a dépassé nos attentes. On s’attendait à 300 supporters comme d’habitude, mais nous avons été surpris par une affluence-record ayant avoisiné les 1500. Un nombre que la salle de l’hôtel ne pouvait contenir. Le propriétaire de l’hôtel en personne a exigé que les portes soient fermées une fois la salle pleine afin d’éviter tout dépassement. Nous n’avons pas empêché M. Abdellatif Turki d’assister aux élections, mais il a exigé que tous les supporters y assistent pour qu’il participe, bien qu’étant au courant que la salle était pleine à craquer. Il y a eu quelques comportements drôles et bizarres lors de ces élections. M. Turki a déclaré, au beau milieu des élections, qu’il se retirerait !
Concernant la démission de M. Cherif, vice-président, ça m’a surpris, vu qu’il était content après l’annonce des résultats. Il préfère travailler en équipe avec Khaled Tarres. Maintenant, c’est au nouveau président de fixer une date pour élire un vice-président».


 Dr. Ridha Cherif


 «Je ne partage pas les idées et la philosophie de Ben Gharbia»
La démission de Ridha Cherif de son poste de vice-président, quelques heures après son élection, a surpris les supporters cabistes. Le Dr Cherif s’est expliqué en ses termes décision : «D’abord je veux assurer que je n’ai aucun différend avec M. Ben Gharbia. Le problème est inhérent à une simple divergence d’idées. J’ai ma propre philosophie et mon propre projet que j’ai préparé avec M. Tarres. Puisque ce dernier n’est pas élu, je préfère laisser la place à quelqu’un d’autre pour éviter tout conflit au sein du BD du CAB. M. Ben Gharbia veut gérer le CAB comme une entreprise, alors que pour moi, il n’y a pas que le côté financier. Le CAB, c’est plutôt une passion. La loi exige que les élections soient effectuées indivi­duellement et non pas par liste, donc je dois partir, vu que mon partenaire n’est pas élu».


 KhaledTarres 
 « Je comprends parfaitement la décision de Cherif »
Il était arrivé deuxième aux élections pour le poste de président avec uniquement 17 voix en moins. Il s’agit de Khaled Tarres qui revient sur ces élections: «Pour être honnête, les élections se sont bien déroulées. Il y a eu un état d’esprit positif malgré ce qui s’est passé à droite et à gauche. Il y a certainement des points à soulever, mais il ne faut pas ternir ces élections. Concernant la décision de Ridha Cherif, je la comprends parfaitement, et c’est mieux pour ne pas mettre des grains de sable dans les rouages du BD du CAB. C’était élégant de sa part, vu qu’il a préféré laisser le président tra­vailler avec une équipe homogène et qui partage les mêmes idées.
Il n’y a pas le feu et il y aura l’élection d’un nouveau 1er vice-pré­sident, qui sera sûrement choisi dans le cercle restreint de M. Ben Gharbia. Il faut laisser le BD travailler et nous nous engageons à l’aider et le supporter du mieux que l’on peut. Ben Gharbia est jeune, ambitieux et il a les moyens financiers nécessaires pour subvenir aux besoins du club».


M.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com