Vu en France : Niqab: la loi inapplicable?





Depuis hier, le port du niqab ou de la burqa est interdit dans l’espace public. Les policiers ne feront pas de zèle pour appliquer une loi très «délicate»…
De notre correspondant permanent, François Bécet
Il y a vingt-deux mois, le président Sarkozy affirmait que «la burqa n’est pas la bienvenue en France». Depuis hier, le port du voile intégral est «interdit dans la rue, dans tout l’espace public». A cette occasion, une manifestation de protestation et de «prière œcuménique» était organisée devant Notre Dame de Paris par l’association «Touche pas à ma Constitution». Quelques personnes dont deux femmes portant le niqab ont été appréhendées par la police. Non pas pour port du voile intégral mais pour «participation à une manifestation non-déclarée»! Une manifestation où l’on voyait d’ailleurs plus de journalistes que de protestataires. Samedi, une soixantaine de personnes dont des activistes islamistes venus de Belgique et de Grande-Bretagne avaient été interpellés pour participation à un rassemblement interdit.
Le fait de ne pas avoir verbalisé pour le voile intégral – ce que souhaitait l’organisateur de la manifestation Rachid Nekkaz, homme d’affaires qui avait tenté de se présenter à la présidentielle de 2007, montre à quel point il sera difficile d’agir sur le terrain. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur reconnaît que la loi est «délicate à mettre en œuvre. Il faut faire preuve de discernement, de pédagogie, privilégier l’écoute et le dialogue». En septembre dernier, lors de l’adoption de la loi, le gouvernement disait déjà la même chose, à savoir qu’elle ne sera appliquée qu’après six mois «de médiation» et de «pédagogie».
Les policiers sont plus directs que le porte-parole de Claude Guéant. Sur France Inter, Manuel Roux, secrétaire général adjoint du syndicat des commissaires de police n’a pas hésité à dire que la loi sera «infiniment peu appliquée». Si face à des provocations, il y aura réaction, le commissaire est clair: «Très clairement, ce n’est pas aux policiers de faire du zèle». Et le commissaire explique que les policiers n’ont pas de pouvoir de contrainte, qu’une circulaire d’application de Claude Guéant interdit d’utiliser la force et que les choses risquent d’être compliquées si une contrevenante refuse d’ôter niqab ou burqa… Comment amener une récalcitrante au commissariat; comment empêcher que la situation ne dégénère si le contrôle se déroule dans un quartier sensible?
Un autre représentant syndical de policiers, tout aussi sceptique rappelle que «notre rôle est de protéger les personnes et les biens, de lutter contre la délinquance et la criminalité. Si nous sommes sollicités, nous ne refuserons pas. Mais il y a d’autres priorités d’autant que les effectifs diminuent».
Les policiers se demandent aussi comment établir, le cas échéant, le délit d’incitation au port du voile intégral? La circulaire d’application ne dit rien à ce sujet. Celui qui force une femme à porter niqab ou burqa est passible d’un an d’emprisonnement et de 30000 euros d’amende, le double si la voilée est mineure. La femme, elle, risque une amende de 150 euros et/ou un stage de citoyenneté.
Dans la plupart de nos villes, on ne croise guère de policiers. Alors, si un agent public ou un commerçant voit une femme portant burqa et s’en offusque, il devra appeler la police. Si cette femme s’en va, peut-il la retenir? Evidemment non…
Environ 2000 femmes, dont la moitié en Ile de France sont concernées par la loi, deux tiers d’entre-elles sont françaises, 90% sont âgées de moins de 40 ans et 25% sont des converties. L’une d’elles, Kenza Drider, venue en niqab d’Avignon à Paris par le TGV, affirme que si elle est verbalisée, elle portera l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme. Une autre jeune femme s’amuserait presque: en cas de contrôle, elle montrera visage et papiers et, au départ des policiers, remettra son voile intégral.
La burqa n’est toujours pas la bienvenue. Mais elle ne sera pas éradiquée par une loi seule, fut-elle juste et pertinente.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com