Pour la résistance et contre la normalisation avec le sionisme





C’est l’Instance nationale de soutien à la résistance et de lutte contre la normalisation avec le sionisme qui, hier à Tunis, a tenu un point de presse à l’occasion de sa demande de légalisation officielle. Pourtant, elle ne date pas d’hier.
L’Instance nationale de soutien à la résistance et de lutte contre la normalisation avec le sionisme INSRLCNS est une organisation qui vient de déposer auprès du ministère de l’intérieur ses statuts en vue de la légalisation.
M. Ahmed Kahlaoui, le président de cette ONG et ancien dirigeant syndicaliste de l’enseignement secondaire, a expliqué hier lors d’un point de presse, bien qu’élargi à des interventions multiples, l’objet de cette initiative.
La traque au défaitisme
En fait, il ne s’agit pas d’un nouveau-né. L’Instance a vu le jour suite à la guerre contre l’Irak en 1991. C’était une instance indépendante et civile qui n’a cessé de militer contre les agressions qui ont ciblé la Palestine, l’Irak et en faveur de la résistance arabe soit au sens militaire soit à celui de la lutte contre la normalisation avec le sionisme. A propos de ce dernier volet, l’Instance a montré une veille à toute épreuve contre les velléités normalisatrices à l’intérieur même de la Tunisie. En effet, cette ONG traque les personnalités «normalisationnistes» de tous bords, tels qu’appartenant à des milieux juridiques, académiques, artistiques, culturels ou autres ainsi que les dérives de même tendance que l’Instance croit déceler ça et là ; programmes d’éducation, créations et autres activités. Une activité intellectuelle et médiatique implacable anime les militants appartenant à cette association qui regroupe des personnalités convaincues de l’importance urgentissime et vitale que revêt la vigilance contre l’intrusion d’un défaitisme culturel et realpolitik qui penche en faveur d’une certaine inéluctabilité de composer avec le colonialisme et le sionisme.
Des noms et des faits
Ahmed Kahlaoui, avec son franc-parler engagé, a même avancé quelques faits et exemples de velléités pro- normalisation. Il nomme à son compte l’universitaire Slaheddine Ben Abid qui, dans son site «Harissa», flatte les sionistes en ces termes: «vous êtes le parfum de cette terre». Ibid. pour l’avocat Souhail Ftouh qui défend publiquement sa préférence pour Israël. Un certain Youssef Trabelsi, dit encore l’intervenant, était conseiller auprès du directeur de la revue «Al Moulahedh – l’Observateur». Ce personnage aurait une agence touristique avec des bureaux à Tel-Aviv, Paris et Washington qui vendait des billets d’avion pour Djerba à bord des avions de la compagnie Carthago de Belhassan Trabelsi. Autre cas, l’orateur évoque un incident peu connu du public; il s’agirait d’après ses dires d’une manifestation dénommée «American corner» qu’ont voulu organiser à Tunis l’ambassade américaine et Amedist et qui consistait notamment en une simulation animée par des étudiants de pourparlers entre des représentants fictifs de l’Autorité palestinienne et des représentants d’Israël. Des membres des l’organisation Paix maintenant proche du parti Meretz et deux militaires sionistes étaient invités à témoigner au cours de cette réunion. Ayant eu vent de l’affaire, l’Organisation antisioniste publia un communiqué de réprobation et l’ambassade US dut reporter cette activité. Seulement, conclut M. Kahlaoui, on découvrit par la suite qu’elle eut bien lieu dans une villa sise à la Cité Jardins.
Nouvelle flottille pour Gaza
Toujours intrépide, Ahmed Kahlaoui annonce même qu’«après le 14 janvier 2011, nous avons découvert qu’Israël avait une ambassade à Tunis» (?)
Dans l’autre camp, Kahlaoui a cité nommément aussi des militants plus ou moins connus. Houcine Triki, grand militant international contre le sionisme; Chrifa Ammar; veuve du Pr Sleiem Ammar et qui, de manière systématique, recevait et soignait tous les blessés venus de l’Irak; Moncef Rabia’, militant nationaliste arabe soutenant l’Irak; Halima Daoud, Actrice, etc.
Créée il y a 20 ans, l’Instance nationale tunisienne pour la résistance et contre le sionisme ne semble pas perdre de son souffle ; à l’instar de la flottille de la Liberté (Turque) et de celle des Artères de La Vie (de Georges Gallaway), L’Instance organise Liberté2 avec, à ce jour, 14 embarcations pour prendre la mer au mois de mai prochain pour Gaza. D’ores et déjà Israël met les non Arabes en garde contre toute participation à cette expédition. Autre activité annoncée pour le 24 avril, une chorale chantera la Palestine, la résistance et les causes de la nation arabe.
Certes, pour les militants de cette ONG, les raisons du combat pour leurs idéaux n’en finissent pas, ni les raisons d’espoir, d’ailleurs; «C’est que c’est l’affaire de tous», affirment-ils.


Mounir BOUDALI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com